www.fantaisia-foa.com

www.fantaisia-foa.com


1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Si vous avez bien suivi ce qui se passe dans ces pages depuis quelques semaines, vous l'aurez compris, nous voilà arrivés à Nature L (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1525-nature-l.html?search_query=nature&results=123).

Je vous avais invités, voilà deux semaines, à aller contempler les différents colliers Nature. Jusqu'à la consonne J, la perle (blanche) était au centre du collier, et la consonne se faisait discrète sur une petite perle cube. Avec Nature L, la perle, toujours blanche, cède sa place à la consonne sous forme, non plus d'une perle cube, mais d'un petit pendentif central. Nature L et Nature M (félicitations à sa nouvelle propriétaire !) sont les deux colliers de la série ayant cette particularité (mais allez savoir ce qui peut arriver pour les dernières consonnes pas encore sorties... ). Dès Nature N, la perle revient au centre... mais là encore, avec une petite variation, illustrant la créativité de notre créatrice préférée, qui n'a pas fini de nous étonner !

Mais revenons à L en lien avec le bien-être. Pour cela, je garderai deux mots :

L... comme Louange !

Si nous reprenons la définition, il s'agit de "l'action de louer quelqu'un en célébrant ses mérites à travers un discours ou un autre moyen d'expression". Pour le croyant, la Louange s'applique à Dieu, comme un moyen de reconnaître sa bonté en toute chose. Cela est facile lorsqu'il nous arrive quelque chose de manifestement bon. Et nous sommes alors proches de la gratitude, dont j'avais signalé l'importance pour notre bien-être, à l'occasion de la célébration de Nature G. Cela peut être plus compliqué - mais non moins important - lorsque ce qui nous arrive paraît nettement moins bon... Et pourtant... Cela peut être alors une invitation à ne pas nous braquer contre ce qui nous arrive, à essayer de l'accueillir dans la confiance, et à chercher ce qui peut naître de bon de ce malheur apparent ? Faire un pas de côté pour être moins submergé par la difficulté ? Prendre le temps de considérer un Bien supérieur ? Dans tous les cas, des attitudes qui peuvent nous aider à vivre ces périodes difficiles ? (*)


L... comme Lumière !

Là, c'est nettement plus facile à défendre. Qui ne se sent pas naturellement mieux alors que les jours commencent à rallonger au printemps, et l'été alors que les jours sont les plus longs et ensoleillés ? A l'inverse, n'avez-vous jamais ressenti ce coup de mou à l'arrivée de l'automne, ou lors des journées les plus maussades ?

En effet, la lumière joue directement sur notre moral et notre psychisme. Dans les pays nordiques, où l'hiver est particulièrement peu lumineux, cela a même donné lieu à une nouvelle thérapie, la luminothérapie, permettant de prévenir et soigner les dépressions saisonnières. En outre, une exposition matinale à une lampe de luminothérapie aide à réguler les sécrétions de mélatonine, l'hormone du sommeil, et, ainsi, à traiter certains troubles du sommeil. C'est le même principe qui est à l'origine des simulateurs d'aube, ces réveils conçus pour nous mener vers un éveil nettement plus naturel.



Pour finir, je vous proposerai un brin de lilas, dont le doux parfum a pu tellement nous manquer ce printemps, en raison de la pandémie...



...et un saut au Liban, ce petit pays contrasté qu'il est malheureusement devenu nettement moins évident à visiter...



(*) je suis consciente que ces mots sont nettement plus faciles à écrire qu'à vivre. Et pourtant, je peux témoigner que de choses paraissant purement mauvaises, peuvent sortir des chemins de vie... Et des livres entiers sont consacrés à ce sujet.

Dernière modification le lundi 20 Juillet 2020 à 20:10:15

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Pour célébrer le collier du jour, Nature N (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1534-nature-n.html), je ne garderai qu'un seul mot : Nature !

Dissipons d'abord toute confusion ! Les colliers Nature se caractérisent, outre par la consonne, une perle (vous avez remarqué ? elle est revenue au centre ! mais en couleur...) et une pierre amazonite, par des maillons Nature, un des trois types de maillons signatures des bijoux GOA. Dans cette chronique, consacrée aux pierres et au bien-être, je voudrais vous parler aujourd'hui non pas de ces maillons, à la beauté indéniable, mais de l'impact de la nature sur notre bien-être. A tel point que les anglais font mention d'une vitamine G, la Green vitamin (ne cherchez pas : ce n'est pas une molécule chimique).


Voilà quelques éléments trouvés dans un dossier de présentation des bienfaits de la nature sur notre santé (*) :

J'avais déjà eu l'occasion de mentionner les bains de forêt que les médecins japonais sont autorisés à prescrire. Des études scientifiques ont comparé l'effet de la marche en ville et celui de la marche en forêt. Si, dans les deux cas, il y a le bienfait lié à l'activité physique (vous savez, les fameux 10000 pas par jour...), la comparaison des deux marches a montré que la marche en forêt permettait, elle, de réduire le taux de cortisol, l'hormone du stress. Avec des effets durables...

D'autres études, néerlandaises, ont croisé des données sur le taux d'espaces naturels à proximité du domicile et sur la prévalence d'un certain nombre de maladies. La présence importante d'espaces naturels permet de réduire la prévalence de nombreuses maladies, comme les troubles cardio-vasculaires ou musculo-squelettiques. Les effets les plus flagrants concernant la réduction du taux de troubles anxio-dépressifs et d'infections respiratoires.

En Norvège, des études ont montré que la présence de plantes vertes au bureau permettait d'augmenter la productivité et de diminuer absentéisme et stress ressenti. Lorsque ces plantes étaient dans des services de radiologie (secrétariat, salles d'attente), outre l'effet bénéfique sur les employés, on observait une diminution du stress des patients, voire des effets secondaires de traitements.

Je pourrais encore vous rappeler les bienfaits du soleil sur notre santé, par la production de vitamine D et les effets de la lumière. L'expérience que nous sommes nombreux à faire du caractère apaisant du bruit de l'eau qui coule, que ce soit un petit torrent ou une cascade ? Ou la joie que nous pouvons éprouver à la vue de la faune sauvage ou de fleurs ?...

Alors, comme fleur du jour, voilà quelques nénuphars...


Et pourquoi ne pas partir en Namibie ?

(*) en lien avec un livre : "Pourquoi la nature nous fait du bien", N. Guéguen et S. Meineri, Dunod.

Dernière modification le lundi 27 Juillet 2020 à 20:14:06

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

J'avoue que, très égoïstement, j'espérais bien que le magnifique Nature P tiendrait jusqu'à ce jour... tant j'avais envie de décliner cette consonne avec le bien-être !  Maintenant, avis à toutes les Patricia, Paloma, Patience, Pascale... : qu'attendez-vous pour aller visiter ce beau collier (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1535-nature-p.html) ?

P, donc, comme Paix ! Cette paix que nous souhaitons tous avoir au fond de nous... Paix qu'il peut être plus facile de garder en ces temps de vacances, où nos vies sont peut-être moins bousculées par mille choses à faire, et où l'urgence se fait plus discrète ?

P, comme Prière aussi, pour tous les croyants...  Qu'elle soit par la louange (vous vous rappelez ? l'importance de la louange soulignée il y a quelques posts dans ces pages ?), la méditation, l'adoration ou l'oraison... ou l'apparentes simplicité d'un rosaire...

Mais, peut-être avez vous noté aussi combien il peut être difficile de garder la paix, voire même de prier, dans des moments particulièrement agités dans nos vies ?

Un prélude peut alors être la pleine conscience. Si cette notion vient des sagesses orientales, elle suscite actuellement le plus grand intérêt des neuro-scientifiques, des psychiatres et des psychologues pour son intérêt dans le traitement et la prévention de la rechute de certaines dépressions, et la réduction du stress. Il n'y a alors plus aucun aspect philosophique derrière (les médecins parlent même de pleine conscience laïque), mais juste de chercher à habiter le temps présent et ce qui nous est donné d'y vivre (bon ou moins bon), sans le juger, ni le commenter, et encore moins l'analyser : simplement être. "Savourer le présent sans le laisser polluer par des projets ou des regrets", comme le dit Christophe André.

Les premiers bienfaits de la pleine conscience ont été d'abord plus mis en évidence dans le domaine psychiatrique : réduction du stress et de l'anxiété, traitement des dépressions chroniques... [1] Mais des études ont montré que ses bienfaits étaient également importants dans d'autres domaines médicaux, de la cardiologie à la dermatologie, en passant par les troubles respiratoires et le traitement de la douleur. Une base neurobiologique à tous ces bienfaits vient du fait que la pleine conscience est capable de jouer sur le fonctionnement du cerveau. [2]

Nous avons tous plus ou moins d'aptitudes innées à la pleine conscience. Mais si, au départ, nous ne sommes pas égaux dans nos capacités à la pleine conscience, il est facile de les développer et de les cultiver avec quelques exercices répétés régulièrement (une dizaine de minutes par jour peut suffire). Il suffit de "s'arrêter et observer ce qui se passe en soi (sa propre respiration, ses sensations corporelles, le flot incessant des pensées) et autour de soi (sons, odeurs...). Seulement observer, sans juger, sans attendre quoi que ce soit, sans rien empêcher d'arriver à son esprit, mais aussi sans s'accrocher à ce qui y passe." Si cela vous paraît insurmontable, il est facile de trouver sur Youtube des méditations guidées, et des applications se sont développées pour faciliter la pratique de la pleine conscience.

Pour finir, suivant le modèle développé depuis ces quelques semaines que nous déclinons les colliers Nature, je vous proposerai une plante bien plus connue des herboristes que des jardiniers, contrairement à la fleur au nom opposé : la patience à feuilles obtuses !

Et pourquoi ne pas partir en Patagonie, cette région sauvage partagée entre le Chili et l'Argentine, et terminant, au sud, le continent américain ?

[1] En revanche, elle ne suffit pas pour les dépressions sévères.
[2] Pour approfondir, sans partir dans des lectures trop longues non plus, vous pouvez vous référer à cet article de Christophe André, publié dans Cerveau&Psychologie de septembre-octobre 2010 : http://christopheandre.com/meditation_CerveauPsycho_2010.pdf.

Dernière modification le lundi 03 Août 2020 à 10:44:57

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Voilà pour aujourd'hui un des pires challenges de cette série consacrée aux colliers Nature : marier la lettre Q au bien-être !... Mais ne croyez pas que la chroniqueuse va se défiler pour autant !

Pour célébrer Nature Q (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1536-nature-q.html), je vous propose une déclinaison en deux temps :

Q comme... Quadriceps et Qi-Gong !

Vous l'aurez deviné, le sport est aujourd'hui à l'honneur ! "Mangez mieux, bougez plus"... Par delà les slogans officiels visant à diminuer l'embonpoint moyen de la population, nul ne peut nier les bienfaits de l'activité physique pour notre santé. Et encore moins en ces temps de pandémie : Boris Johnson n'a-t-il pas appelé la population anglaise à perdre du poids pour limiter l'incidence des cas graves de covid19 ? Sans compter l'apport pour la prévention du diabète ou le contrôle d'un diabète installé. Le sport permet en outre de prévenir l'hypertension vasculaire et les maladies cardio-vasculaires, de diminuer le risque de cancer ou de rechute d'un cancer, ainsi que les maladies dégénératives. Sans compter qu'il est bon pour le moral ("un esprit sain dans un corps sain"...), permet d'entretenir la masse musculaire, et aide à renforcer les os (à condition de le pratiquer avec un minimum de sagesse...).

Un moyen de "pratiquer avec sagesse" peut être de choisir un sport doux qui travaillera tout le corps et le maintien, tout en douceur comme la gymnastique Pilates ou le Qi-Gong.

Le Qi-Gong (de Qi, souffle / énergie interne ; Gong, maîtrise) est une gymnastique traditionnelle chinoise qui puise son origine dans le yoga indien. il s'agit d'enchaîner des mouvements lents en travaillant la respiration. Outre le développement de la condition physique, le Qi-Gong permet également de soulager le stress et d'améliorer la capacité respiratoire. Accessible à tout âge, il boosterait également l'immunité lorsqu'il est pratiqué régulièrement.


Q comme Quinoa et Quatre-épices

Comme il y a quelques semaines, il s'agit ici de souligner l'importance d'avoir une alimentation variée et qui procure également du plaisir.

La consommation de quinoa s'est largement développée depuis des années. Aussi, je vous rappellerai juste quelques bienfaits de cette pseudo-céréale : riche en protéines, en vitamine B, en antioxydants, minéraux et oligo-éléments... Par son taux de fibres, il aide à diminuer l'index glycémique du repas (donc à limiter le pic d'insuline... et la fringale inévitable après...) et à favoriser le transit.

Derrière le quatre-épices, qui vient agrémenter plats comme pâtisseries, il y a la notion d'alimentation plaisir, mais pas que ! Le quatre-épices, comme son nom l'indique, marie quatre épices partageant des bienfaits souvent communs pour la santé : en particulier, la stimulation de la digestion (poivre, muscade, gingembre), et des propriétés anti-inflammatoires voire anti-bactériennes parfois (poivre, girofle, muscade, gingembre). En outre, le poivre stimule la production d'endorphines, la girofle apaise douleurs musculaires et dentaires, le gingembre contient des antioxydants... Vous l'aurez compris, largement de quoi associer plaisir et santé !!!



Pour terminer cette chronique, je vous proposerai comme à mon habitude une fleur et une destination lointaine.

J'avoue que cela a été un sacré challenge de trouver une plante à fleurs en Q ! Mais j'en ai une !!! Un cactus, l'aporocactus ou queue-de-rat !!! Personnellement, je trouve la plante elle-même pas très belle (question de goût...)... Mais sa fleur !!!



Côté destination, s'il était aisé de trouver des destinations proches en Q, comme le Quercy au sud-ouest ou le Queyras au sud-est...



...côté pays lointain, il n'en reste qu'un : le Qatar !


Dernière modification le lundi 10 Août 2020 à 12:39:39

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

A l'occasion de Nature R (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1537-nature-s.html), je vous propose un petit florilège de mots en R, au risque d'une chronique un peu plus bric-à-brac que les précédentes, mais non moins axée sur le bien-être :

R comme... Raconter et Roman...
En hommage à la littérature qui vient parfois nous prêter ses mots ou nous faire rêver... Lire comme un moyen de se poser en ces temps de vacances (en espérant qu'elles ne soient pas encore terminées pour vous). Mais lire aussi tout au long de l'année, même si le rythme de nos vies trépidantes ne nous le permet pas toujours... [1]

R comme... Rébus !
Car, pour maintenir un bon état de forme, il ne suffit pas d'entretenir son corps, mais il s'agit également d'entretenir sa tête ! Que ce soit par un travail de réflexion, une lecture sérieuse... ou par le jeu ! Et le choix ne manque pas, entre rébus, énigmes, mots croisés ou fléchés, sudokus...

R comme... Recommencer...
Comme un hommage à la persévérance. Car souvent, nous voudrions réussir du premier coup, ce qui augmente le stress... Alors, pourquoi ne pas nous autoriser des ratés, les accueillant avec la plus grande bienveillance envers nous-même, et simplement recommencer patiemment ?...

R comme... Rire !!! Parce que rire et sourire sont indispensables à notre santé ! Saviez-vous que cela libère des endorphines ? Ces hormones du bien-être réduisent l'excès d'adrénaline et de cortisol, les hormones du stress. Le rire permet ainsi de réduire également l'anxiété, les états dépressifs, les insomnies et la fréquence des migraines. Ces hormones étant également antalgiques, le rire a une action sur la douleur. Il booste également le système immunitaire, permettant en particulier une augmentation du taux d'anticorps dans les muqueuses nasales et des voies respiratoires. Son action est également circulatoire : diminution de la tension artérielle, amélioration de la circulation sanguine et de l'oxygénation du cœur... Le rire permet enfin d'augmenter la confiance en soi !
C'est suite à la découverte de tous ces bienfaits, qu'est né le yoga du rire...

Et, si vraiment rien ne va plus, pourquoi ne pas...
- Respirer ? Des exercices de respiration peuvent aussi bien soulager stress et anxiété (comme avec la cohérence cardiaque) que les douleurs (par des respirations abdominales par exemple)...
- nous Reposer...
- et pourquoi pas nous autoriser parfois un petit moment de Régression, en mode chocolat chaud avec des chamallows sous la couette ?... (même si, juste après une période de canicule, ça fait un peu moins rêver... )

Avec une chronique autour de la lettre R, vous les attendez forcément... des roses... Sauf que, avec mon goût pour les fleurs plus rustiques, ce seront des roses trémières que je vous proposerai aujourd'hui...

Et je finirai par un petit voyage au Rwanda, pays aux mille collines qui s'est invité si tristement dans l'actualité des années 1990... [2]

[1] Un des plus beaux romans de mon été ? Il n'est pas très récent... "Mille femmes blanches" de Jim Fergus, qui revient sur un aspect difficile de la conquête de l'Ouest américain. Un magnifique hommage à la culture cheyenne...
[2] Et compte tenu de la finale sur le Rwanda, comment ne pas mentionner le roman de Gaël Faye, "Petit pays", le drame du génocide rwandais appréhendé à travers le regard d'un enfant.

Dernière modification le lundi 17 Août 2020 à 17:15:20

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Joyeux anniversaire à l'association des marraines de FOA !!!

Nous voilà donc arrivés aujourd'hui à la consonne S ! A l'occasion de la célébration de Nature S (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1538-nature-s.html), je n'ai conservé qu'un seul mot, même si d'autres mots importants en S s'inviteront au passage :

S comme... Simplicité !

En faisant les recherches en vue de la rédaction de cette chronique, je me suis aperçue que j'étais loin d'être la seule à associer simplicité et bien-être... même si, souvent, c'est plus pour nous demander comment nous associons simplicité et bien-être que pour proposer des réponses à la question... J'ai aussi découvert l'existence d'un mouvement de simplicité volontaire, qui se rapprocherait d'une certaine manière d'un art de vivre sans doute plus lent, et surtout plus écologique ?

"Un véritable homme de génie conserve toujours la simplicité d'un enfant", dit un proverbe chinois. Cela ne sera pas sans rappeler peut-être à une partie d'entre nous ces paroles de l'Evangile de Saint Matthieu, au chapitre 18 : " Si vous ne vous convertissez pas et ne devenez pas comme les petits enfants, vous n'entrerez point dans le royaume des cieux. Quiconque s'abaissera comme ce petit enfant, celui-là est le plus grand dans le royaume des cieux." Par delà l'invitation à une véritable humilité, il me parait clair que la simplicité d'un enfant n'ira ni avec le fait d'en réclamer toujours plus, ni de se faire mousser pour paraître plus que nous  ne sommes, toutes choses et d'autres qui ne nous apporteront clairement ni véritable bien-être ni bonheur...

Alors, en songeant à ce lien entre la simplicité et le bien-être, voilà quelques pistes à vous proposer :

La simplicité comme une invitation à nous satisfaire de ce qu'il nous est donné à vivre ? Quitte à aller moins vite aussi parfois ? Véritable chemin d'humilité...

A rechercher plus les plaisirs simples que les sensations fortes : des moments de partage en famille ou avec des amis, de lecture, de balade... Prendre le temps d'écouter le bruit des vagues contre les rochers ou une source qui coule ? Contempler ces fourmis, de toutes tailles, qui vont de toute part devant ce pas de porte parsemé de feuilles et de fleurs de mimosa ?... Prendre des temps de silence aussi, pour nous mettre à l'écoute et développer notre vie intérieure...

La simplicité comme une invitation à aller à l'essentiel... à désencombrer nos vies, comme nous pouvons aussi désencombrer nos intérieurs ? Et nous serons là dans une approche proche de celle proposée par cette spécialiste du rangement, Marie Kondo. Cesser de surcharger nos emplois du temps, n'est-ce pas un moyen d'aller vers plus de bien-être ? Et ne vivrons nous pas mieux dans une maison bien rangée ?

La simplicité va aussi dans le sens de consentir à vivre au rythme des saisons, jusque dans la cuisine... Nous nourrir moins d'aliments ultratransformés et de plats industriels, pour cuisiner plus des produits de saison ? [1]



Poursuivant dans cette recherche de la simplicité, la fleur du jour sera la saponaire ou herbe à savon. Cette plante médicinale est connue depuis bien longtemps pour sa capacité à faire un savon naturel en libérant de la saponine lorsqu'on l'écrase.


Et l'étape lointaine du jour sera le Sri Lanka, cette grande ile au sud-est de l'Inde, dont la capitale est Colombeo...

[1] Au fait... Avez-vous visité la page des recettes de marraines sur ce blog ?

Dernière modification le lundi 24 Août 2020 à 14:49:46

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

A l'occasion de la mise à l'honneur de Nature T (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1551-nature-t.html), je n'ai gardé qu'un seul mot, qui vous surprendra peut-être : Tempérance !

D'après le dictionnaire Le Robert, la tempérance est la modération de tous les plaisirs des sens. Dans les propositions de synonymes arrivent continence, mesure, frugalité, sobriété... Une définition plus élargie est la modération ou retenue de soi-même volontaire, allant de la retenue de représailles (associée à un désir de paix), d'arrogance (comme une forme d'humilité), et d'excès en tous genres (là, nous allons vers la prudence, le calme et le contrôle de soi).

Alors là, peut-être vous demanderez-vous quelle mouche a bien pu piquer la chroniqueuse pour vouloir associer cette vertu cardinale [1] et le bien-être ?

Une première réponse pourrait être de renvoyer à Saint Thomas d'Aquin, qui fonde toute sa morale du bonheur sur les vertus cardinales. Or, plus que d'un bien-être physique éphémère, ne sommes nous pas dans une quête de bonheur plus profond ?

Une autre piste de réponse serait de se baser sur les méfaits de son opposé.

En effet, la vertu de tempérance s'oppose au péché de gourmandise, qui n'est pas toujours un "péché mignon"... [2] Cette notion de gourmandise dépasse largement les aspects de plaisirs gustatifs (nourriture, alcool [3]). La gourmandise peut être matérielle (en s'équipant du matériel dernier cri on nous n'avons pas forcément besoin ? là, la tempérance rejoindrait la simplicité...), voire même, spirituelle...

Certes il peut être bon, parfois, de goûter tous ces biens matériels... N'avais-je pas évoqué, même, il y a deux semaines, "un petit moment de régression" pour se faire du bien ? Mais ce moment de régression n'était pas appelé à se répéter tous les jours de l'année ni x fois par jour...

Rester dans la mesure, et mieux goûter le plaisir qui nous est donné (là, nous ne sommes pas loin de la pleine conscience), ce qui, dans le cas du plaisir gustatif favorisera la satiété (et permettra d'éviter l'excès), et en rendre grâce (là, nous retrouvons la gratitude, déjà associée à un recherche de bien-être dans ces pages). Rester dans la mesure et prendre le temps de goûter : là, nous sommes aussi dans les approches de diététiciens, qui commencent à reconnaitre les dégâts de régimes trop restrictifs, qui, par les frustrations qu'ils induisent aboutissent à l'opposé de l'objectif fixé... Un carré de chocolat noir (tempérance) pour éviter de finir par x plaques de chocolat (gourmandise)...

Enfin, le père P. Ide, dans son ouvrage consacré aux 7 péchés capitaux [2], souligne que la gourmandise aliène la liberté, rend lourd et provoque une hébétude de l'intelligence... Pour nous sentir mieux, n'aspirons nous pas à nous sentir plus libres, légers et intelligents ? Ce qui sera favorisé par la vertu de tempérance...

Donc, pourquoi ne pas revisiter nos motivations à la consommation, d'apprécier pleinement ce qu'il est juste de consommer, et d'apprendre à patienter et renoncer pour le reste ?

Côté plante à fleurs, je délaisserai encore aujourd'hui les tulipes (trop attendues), pour le tussilage...


Et pourquoi ne pas faire une petite virée au Tadjikistan ?


[1] Les quatre vertus cardinales sont la sagesse, la justice, la prudence et la tempérance.
[2] Voir l'excellent exemple de Sempé, rappelé par P. Ide et L. Adrian dans leur ouvrage "Les 7 péchés capitaux, ou ce mal qui nous tient tête", quand un excès de gourmandise conduit à plusieurs colères pour des tentatives de se procurer des religieuses avant d'aller à la messe...
[3] D'ailleurs sur ce point, n'entendons-nous pas toujours "à consommer avec modération"... donc tempérance...

Dernière modification le lundi 31 Août 2020 à 22:22:54

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Je ne vous cacherai pas que la célébration de Nature V (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1574-nature-v.html?search_query=Nature+V&results=134) m'a donné quelque fil à retordre. Parce que V et bien-être ?... D'accord, il y a pire.. J'aurais pu vous parler de vacances, de voyage dans de beaux pays vallonnés... de varappe pour allier le sport et la grandeur de la montagne, qui invitent par ailleurs à l'humilité, parce que la montagne pardonne rarement la présomption... Ou encore de vertus et de volonté... Et bien, non ! Aujourd'hui, ce sera...

V... comme Vasque !!!

Je reconnais que le lien entre une vasque, aussi belle soit-elle et le bien-être a de quoi laisser perplexe.  Mon propos de ce jour s'annonce pourtant des plus sérieux.

A la base de la tournure, peut-être surprenante, de cette chronique, le souvenir d'un livre des plus sérieux, sur un sujet tout aussi sérieux : "Le burn-out, une maladie du don", du père Pascal Ide.

Il est clair que le burn-out est bien loin du bien-être, mais tout aussi clair que des approches permettant d'essayer de le prévenir ou d'en limiter l'impact ne sont pas très loin de la recherche de bien-être. C'est le cas de la pleine conscience (déjà mentionnée dans ces pages) et de l'intelligence émotionnelle, pour n'en citer que deux.

Dans son livre, le père Ide aborde la question du burn-out comme une pathologie du don, la personne s'étant trop (imprudemment ?) donnée ou (trop) mal donnée. Sans rien enlever au fait que l'homme est fait pour se donner [1]. Le don est alors directement lié à l'amour. Mais se limiter à la question de l'amour donné occulte une vérité anthropologique, à savoir que l'homme a besoin d'être aimé, de s'aimer et d'aimer : "être aimé pour s'aimer, s'aimer pour aimer l'autre" [2]. En lien avec ces trois aspects de l'amour, trois aspects du don qu'il s'agit de recevoir, puis de s'approprier afin d'être en mesure de donner en vérité, et sans risque pour nous-mêmes quand la demande augmente beaucoup.

Et c'est là que nous retrouvons l'image de la vasque par opposition au canal.

Le canal reçoit de l'eau, mais la redonne directement. En matière de don, il manque alors l'étape essentielle de l'appropriation. La personne qui se comporte comme un canal risque alors d'être une bonne candidate au burn-out (pas terrible côté bien-être...).

La vasque reçoit aussi de l'eau (don reçu). Mais elle se remplit (appropriation du don), avant de laisser filer le trop plein (le don donné). Et le don de soi pourra alors être sans risque, même quand la pression monte. Vous noterez également dans tout ça, que nous ne sommes pas loin de la démarche de gratitude : reconnaître le don (recevoir), le goûter (appropriation), jusqu'à avoir le désir de donner aussi de soi...

Cette image, citée par le père Ide, avait déjà été proposée par Saint Bernard de Clairvaux, dans un sermon sur le Cantique des cantiques. Je vous propose les deux phrases citées par le père Ide : "Un canal reçoit de l'eau et la répand presque tout de suite. Une vasque, en revanche, attend d'être remplie et communique ainsi sa surabondance sans se faire de tort. [...] La charité veut cette abondance pour soi-même, afin de pouvoir la partager avec tous ; elle en garde pour soi une mesure suffisante." [3]

Alors, dans notre recherche de bien-être, pourquoi ne pas travailler à creuser la vasque de nos coeurs, par la gratitude et, pour les croyants, la prière ?


Après ces développements si sérieux, la fleur du jour sera aujourd'hui encore toute simple : la véronique ! N'ayons pas honte des petites fleurs... Sainte Thérèse de Lisieux ne se comparait-elle pas à une petite violette ou une pâquerette ?


Enfin, je vous propose comme destination du jour, le Vietnam !


[1] Une phrase du concile Vatican II, que le père Ide cite dans plusieurs de ses livres, affirme que "l'homme, seule créature sur terre que Dieu a voulue pour elle-même, ne peut pleinement se trouver que par le don sincère de lui-même."
[2] Comme détaillé dans un autre livre du père Ide, "Aimer l'autre sans l'utiliser". Le père Ide y propose également un commentaire de la citation précédente, qui prend particulièrement sens pour cette question de la vasque et du bien-être [1] : "Nous y retrouvons, et dans l'ordre, ces trois amours exprimés dans le langage du don : être aimé (Dieu nous aime pour nous-mêmes qui recevons ainsi son amour) ; s'aimer (se trouver, c'est-à-dire s'approprier l'amour de Dieu) ; aimer (vivre le don sincère de soi)."
[3] J'ai retiré les citations latines...

Dernière modification le lundi 07 Septembre 2020 à 23:47:18

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Je l'avoue, j'avais bien espéré très égoïstement (rapport à la chronique...) qu'il n'y aurait pas de Nature W dans la ligne... Mais, il faut reconnaître que, vue la beauté du bijou, c'eût été bien dommage...

Que dire face au bijou ? Wunderschön ?... Oui, je l'avoue aussi que, compte tenu de la pauvreté du vocabulaire français en W, je n'aurais d'autre solution qu'un "triple salto arrière" en allant rendre visite à nos amis d'Outre Rhin...

W comme wunderbar ou wunderschön ?

Wunderbar (formidable), comme une invitation à cultiver un esprit positif... Wunderschön (merveilleusement beau), comme une invitation à cultiver l'émerveillement ! Et il me parait clair que cultiver la positivité et la capacité d'émerveillement ne peuvent nous faire que du bien sur tous les plans, physique comme moral...

W aussi comme... Wakame et Wasabi...

Bon, d'accord, ce coup-ci il faut passer par le japonais... Mais ouvrez donc votre dictionnaire à la lettre W... Il ne s'agit pas ici de jouer au scrabble, mais bien de vous parler de bien-être. Et, pour le coup, ces deux aliments ne manquent pas de bienfaits !

Ainsi, le wakame - cette algue qui se mange en salade - permettrait de détoxifier le système digestif et de booster le système immunitaire. Il préviendrait également les maladies cardiovasculaires, grâce à sa forte teneur en vitamine K, et il est plein de fibres. La seule limite serait peut-être pour les personnes ayant des problèmes de thyroïde, en raison de sa forte teneur en iode.

Le wasabi, ce condiment japonais, est, lui, un anti-agrégant plaquettaire et contribue ainsi, lui aussi, à la prévention des maladies cardiovasculaires. Il a des propriétés antibactériennes avérées, permettant ainsi de prévenir les dégâts de Helicobacter Pylori au niveau de l'estomac, ou des caries. Par ailleurs, sa forte teneur en vitamine C lui confère des propriétés anti-oxydantes.

Alors, à quand votre prochain menu japonais ?

W, enfin, comme... Waterboard, waterpolo, watfit, wingsuit et wing chun...

Vous l'aurez compris, le sport est de nouveau à l'honneur. Pour ce qui est bienfaits du sport, je ne me répèterai pas : je vous renvoie à ma chronique sur la consonne Q, il y a quelques semaines, quand j'étais partie de quadriceps et de qi-gong.

La plupart de ces sports étant peut-être un peu plus exotiques, je me permettrai de vous en dire un petit mot. Mais, peut-être qu'Halterego pourra nous en dire plus dans sa chronique du vendredi dans Perles d'hommes ?

Trois de ces sports se passent dans l'eau ou pas loin. Le waterboard, ce cousin du ski nautique mais sur une planche, serait la version motorisée. Le waterpolo, la version ludique par le côté jeu de ballon. Quant au watfit... comment dire.. En en lisant une première description, il m'a paru un excellent moyen de passer à la vague de manière totalement involontaire ! Il s'agit en effet d'enchainer des exercices de fitness, de yoga ou de Pilates, mais tout cela sur une planche gonflable posée sur l'eau... Côté très ludique garanti pour tous les spectateurs ! Sinon, idéal pour le travail de l'équilibre et des muscles profonds...

Le wingsuit, lui, serait plutôt un sport de l'extrême. Il s'agit en effet de s'élancer d'un avion ou d'une hauteur (en montagne par exemple), sans le moindre parachute ni parapente, mais avec un équipement qui vous transformerait en une sorte d'écureuil volant ? Désolée, pas trouvé d'autres termes...

Enfin, le wing chun fait partie des arts martiaux.


Pour terminer cette chronique, la fleur du jour sera le weigela, une plante qui fait de jolies fleurs en cloches :

Et, pour aujourd'hui, ce ne sera pas une mais deux destinations lointaines ! Il fallait bien fêter le fait que la chroniqueuse ne sèche pas complètement sur une chronique pour le moins compliquée...

Le parc national du W au Niger ! Avec un nom pareil, pas pu résister :

Et, évidemment, pour les yeux et le rêve, Wallis et Futuna...


Dernière modification le lundi 14 Septembre 2020 à 16:55:14

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Avec la fin de l'alphabet, les challenges s'enchaînent... Le V m'avait déjà poussée dans mes retranchements... Le W donné quelques sueurs... (Merci Halterego de nous en avoir appris plus sur la wingsuit). Et me voilà donc à devoir vous parler de X et de bien-être...

Autant vous prévenir direct : la majorité des mots en X ont des racines grecques, de xanthie, un papillon de nuit jaune et roux qui doit son nom à l'adjectif xanthos (jaune), à xyste (avis aux amateurs de scrabble !!!), venant du grec antique pour mentionner une galerie couverte de gymnase... Autant dire que, aujourd'hui, "ça va causer riche"...

Le premier point qui m'est venu en faisant les recherches pour cette chronique a été :

X comme... Xénophile...

L'adjectif xénophile est d'usage nettement plus rare que son opposé qui, lui est nettement moins beau : xénophobe... Sa définition va de "qui a de la sympathie pour l'étranger" à "qui est ouvert à ce qui vient de l'étranger".

Par cet adjectif, je voudrais souligner combien cultiver une ouverture du coeur, et ne pas préjuger en mal de ce (ceux) que nous ne connaissons pas, peut nous être bénéfique.

"J'étais un étranger et vous m'avez accueilli", pouvons nous lire dans l'Evangile de Saint Matthieu(25,35), dont nous fêtons la fête aujourd'hui.

Il ne s'agit pas d'opter pour une vision d'optimisme béat en nous croyant dans un monde de bisounours, ni de nous voiler la face quant aux difficultés, mais d'oser cultiver la bienveillance. Cette attitude contribue à renforcer le sentiment de gratitude, à diminuer les émotions négatives, et nous procure ainsi un sentiment de bien-être durable. De plus, elle augmente la confiance en soi et l'espérance...

Je me réjouis par avance de vous présenter la deuxième déclinaison de X et bien-être que je vous ai dénichée, tant j'ai jubilé à la découverte de ce mot que je ne connaissais pas...

X comme... Xiphiidés !!!

Si, si, ça existe... Il s'agit d'une "famille de poissons téléostéens munis d'un rostre aplati en lame dont le type est l'espadon". D'ailleurs, si j'ai bien tout compris, il en serait même le seul représentant... Et l'espadon ne manque pas de bienfaits. Certes, c'est un poisson, et il est recommandé de manger du poisson au moins deux fois par semaine... Mais voyez plutôt :

Comme pour beaucoup d'autres poissons, l'espadon est riche en oméga 3, ces acides gras bons pour le système cardiovasculaire (prévention des risques cardiaques), du cerveau (aide aux fonctions cognitives, diminution des symptômes de la dépression), diminuant en outre les symptômes inflammatoires... Les oméga 3 aideraient en outre à perdre du poids et seraient bons pour la vue !

De plus, l'espadon est riche en vitamine D (bon pour la prévention des rhumes et de l'ostéoporose), en vitamine E (lutte contre les radicaux libres), en sélénium (qui aiderait à prévenir les cancers), et en potassium, cet élément essentiel au bon fonctionnement de nos nerfs et de nos muscles...

Alors, à quand votre prochain steak d'espadon ?


La fleur du jour sera le xerophyllum :


Quant à la destination lointaine... Ne cherchez pas : pas l'ombre d'un pays commençant par la lettre X ! Certes quelques villes et régions... Mais j'ai préféré vous laisser le choix entre deux sites archéologiques, tous deux classés au Patrimoine Mondial de l'UNESCO ! Xanthos est une ancienne cité-Etat de Lycie, actuellement en Turquie. Xochicalco, un site précolombien situé à l'ouest de l'état de Morelas au Mexique :


Dernière modification le lundi 21 Septembre 2020 à 21:18:40

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Nous voilà donc arrivés à la dernière consonne difficile... Z... Sa déclinaison nous emmènera pas mal en Asie, ce qui ne saurait vous surprendre... mais pas que... la preuve :

Z comme... Zapateado !

Il s'agit d'une dans andalouse, sur un rythme ternaire, scandée par des martèlements du pied, qui sont l'occasion pour le danseur de montrer son habilité.
https://www.youtube.com/watch?v=63IOHqx47Dk

Nous avons tous fait l'expérience de la joie que nous pouvons éprouver à danser... Par delà les bienfaits de son caractère sportif et ludique, par la coordination qu'elle nécessite, elle présenterait un apport pour la santé du cerveau, en le stimulant. Ainsi, elle serait bénéfique pour lutter contre des maladies neuro-dégénératives comme la maladie de Parkinson et la maladie d'Alzheimer [1]. En outre, elle permet de déployer notre créativité, et, ainsi, de renforcer la confiance en soi !

Z comme... Zen...

Bon, d'accord, celui-là, il était attendu... Ce mouvement bouddhiste invite à "vivre dans le présent", ce qui nous rapproche de la pleine conscience dont j'ai déjà mentionné les bienfaits dans ces pages, mais également à rechercher la beauté. Et la contemplation de la beauté ne réjouit-elle pas le coeur ?...


Z comme... Zoo !

Ben oui, je trouve toujours sympa d'aller dans des zoos... Et quand c'est avec de jeunes enfants, s'y ajoute la joie de les voir découvrir tous ces animaux.. Peut-être y trouverez-vous des zorilles, ces mammifères africains cousins de la moufette ?


Z, enfin, comme... Zygomatiques !

Comme une invitation au sourire, autant que possible, quelles que soient les circonstances ? Le petit Van n'avait-il pas pris la résolution de toujours sourire ?

"La joie est souvent la source du sourire. Mais parfois, c'est le sourire qui est la source de la joie." Thich Nhat Hanh

En effet, le simple fait de sourire entraine la libération d'endorphines dans le cerveau, et, ainsi, diminue stress et anxiété, et favorise les émotions positives. Et, comme le sourire est contagieux, qui sait combien de sourires votre premier sourire aura entrainé ?

Sur le plan de la santé, sourire régulièrement renforcerait le système immunitaire et aiderait à baisser la tension artérielle. Un proverbe chinois ne dit-il pas : "Sourire trois fois par jour rend inutile tout médicament." ? Par ailleurs, en faisant travailler les muscles du visage, le sourire contribue à rendre plus jeune. "Chaque coup de colère est un coup de vieux ; chaque sourire est un coup de jeune.", dit un autre proverbe chinois.

Enfin, si jamais vous n'étiez pas encore convaincus, laissons la parole à la sagesse japonaise : "Celui qui sourit au lieu de s'emporter est toujours le plus fort"...

En guise de fleur du jour, je vous propose des zéphyrantes à grandes fleurs !


Et je vous invite à partir au Zanzibar, cette grande ile au large de la Tanzanie :



[1] "Faites danser votre cerveau", Lucy Vincent, editions Odile Jacob.

[2] Et je vous offre cette poésie écrite par Marcel Van en 1948 :

Je suis toujours joyeux par amour...
Même si mon coeur connait la sécheresse
J'ai toujours le sourire aux lèvres
Quand souffle le vent d'automne...

Je suis toujours joyeux par amour...
Même s'il est atteint par la souffrance
Ou sous le coup d'une profonde tristesse
Mon coeur ne cesse de vivre en paix.

Ce n'est pas la joie, mais bien l'Amour
Qui est la source de ma joie.
Mon Jésus, comme tu es beau
Et combien profonde ta tendresse.

Ce n'est pas la joie qui est cause de ma joie
Même si je n'ai rien à craindre
Même si mon coeur bondit de joie
C'est toujours là un effet de l'Amour.

Dernière modification le lundi 28 Septembre 2020 à 22:01:42

1679 appréciations
Hors-ligne
Fleur pour les chroniques à propos des consonnes et du bien-être.
J'ai aimé faire cette découverte.

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

A la demande de notre créatrice préférée, voici le temps de revenir sur quelques consonnes délaissées, faute d'avoir pu les aborder avant que les colliers Nature correspondants ne partent. Pas de doute, chaque collier est et restera unique ! Mais la créativité de notre créatrice préférée l'a amenée à proposer une deuxième version de ces consonnes... Je commencerai donc par revenir sur la consonne D et son lien au bien-être.

Dans l'étape de cogitation, avant de pouvoir vous proposer ces quelques lignes, la première chose qui m'est venue a été :

D comme... Douceur !

"Un peu de douceur dans ce monde de brutes..." Dans ces temps troublés, nous pouvons être exposés à toutes sortes de violences, et avoir un grand désir d'un peu plus de douceur... Et nul ne peut nier que bénéficier d'un environnement plein de douceur ne peut que contribuer à notre bien-être. D'ailleurs, c'est hallucinant le nombre d'instituts de beauté nommés "douceur et bien-être" ou l'inverse...

Antidote à la colère, avec l'humilité et la patience, la douceur est une vertu que certains ont comparé à "la caresse d'une plume d'ange". Une béatitude promet la terre entière aux doux (Mt 5,4). La douceur est associée sans conteste possible à l'image de la Mère [1]. D'ailleurs, j'ai lu, en faisant mes recherches : "La douceur est une vertu puissante d'amour et de guérison, qui réconcilie toujours les opposés et cré un lien intérieur inoubliable dans la mémoire de celui qui a été touché." N'allez pas croire que la douceur soit réservée à un monde de bisounours : faire preuve de douceur, y compris dans l'adversité, peut relever de l'héroïsme d'un guerrier !

Alors, si le combat vous parait trop rude, voilà une prière de Saint François de Sales pour nous y aider :

"Ô Seigneur, avec Ton aide, je veux m'exercer à la douceur dans les rencontres et les contrariétés quotidiennes. Dès que je m'apercevrai que la colère s'allume en moi, je recueillerai mes forces, non avec violence, mais doucement, et je chercherai à rétablir mon coeur dans la Paix. Sachant que je ne peux rien seul, je prendrai soin de T'appeler au secours, comme le firent les Apôtres ballotés par la mer en furie. Enseigne-moi à être doux avec tous, même avec ceux qui m'offensent ou me sont opposés, et jusqu'avec moi-même, ne m'accablant pas à cause de mes défauts. Quand je tomberai, malgré mes efforts, je me reprendrai doucement et dirai : Allons, mon pauvre coeur, relevons-nous et quittons cette fosse pour toujours. Recourons à la Miséricorde de Dieu. Elle nous viendra en aide. Amen."

D aussi comme... Docilité !

Non pas pour vous inviter à accepter tout et n'importe quoi. Il est des choses qui sont et resteront inacceptables, et auxquelles il ne serait pas juste d'acquiescer. Mais, en dehors des cas les plus dramatiques, face auxquels il est de notre devoir de dire non, face à la plupart des situations contre lesquelles nous ne pouvons rien, la solution est alors parfois un fiat... Parce que nous révolter contre la situation ne peut qu'apporter plus de souffrance inutilement...

Enfin, D comme... désolé(e)...

Parce qu'il nous arrive de faillir en nous mettant en colère ou en nous révoltant... Et que la solution qui reste alors est de demander pardon !

Après cette déclinaison de la lettre D, en contraste et contrairement à mon habitude, je vous proposerais bien une fleur un peu exubérante : le dahlia !


Et, en ce début d'automne, où nous pourrions avoir bien besoin d'un peu plus de soleil, je vous propose de partir à la Dominique !


[1] Voilà un chant glané en faisant les recherches : Marie, très douce Mère.
https://www.youtube.com/watch?v=KmjKkYwCNcc

Dernière modification le lundi 12 Octobre 2020 à 20:11:30

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Je suis heureuse de m'intéresser cette semaine à la consonne F, en lien avec le bien-être... même si la déclinaison risque de ressembler à une forme de bric-brac...

F comme... Fard !
Comme une invitation à nous faire belles, et, à cet effet, n'hésitez pas à faire un tour par la boutique (https://www.pearlspommes.com/fr/?live_configurator_token=0459c6cee31e1bacafc0c0d2e38dbe09) ou de vous inscrire pour la prochaine expo-vente (https://www.helloasso.com/associations/les-marraines-de-foa/evenements/un-automne-en-beaute).


F comme... Fable, Fantaisie et Féérie !
Parce que l'ambiance est décidément trop morose en ce moment ! Et qu'un peu de piment et de fantaisie ne peuvent que nous faire du bien, en nous réveillant et nous redonnons le sourire. Reconnaissez-le : ces récits d'enfance n'apportent-ils pas toujours aux adultes que nous sommes une douce joie, peut-être un peu nostalgique ?

F comme...Faire et Fabriquer...
Là, c'est peut-être la marraine confrontée à un travail un peu trop intellectuel, qui goûte, trop rarement, la satisfaction profonde que peut apporter un travail manuel et d'avoir créé quelque chose. Ce côté manuel nous confronte à une autre attention, et aussi à ce sens nettement mis de côté ces derniers temps : le toucher !


F comme... Féliciter !
Parce que la critique nous vient souvent beaucoup plus facilement que les compliments. Or, si une critique bienveillante peut aider à progresser, reconnaître ce qu'il y a eu de bien vient renforcer la confiance en soi, et aide à donner le meilleur de soi-même...

Par delà cette première déclinaison, je n'oublie pas des aspects peut-être plus sérieux :

F comme Feu !
Certes, il est bon de se tenir auprès d'un bon feu de cheminée, en ces soirées d'automne et bientôt d'hiver... Mais c'est aussi au feu de l'amour que je songeais. Et, pour le croyant, le feu de l'Amour de Dieu, jusque dans les épreuves, qui nous purifieront comme l'or est purifié par le feu !


Et, enfin, F comme... Faiblesse !
Oui, j'ose vous parler de faiblesse et de bien-être ! Parce que, quand nous nous croyons, à tort, fors et infaillibles, nous nous replions sur nous-mêmes, nous nous drapons dans une forme d'orgueil, et nous nous privons de tout ce que peut nous apporter le fait de consentir à nous laisser aider, tout en privant les autres de tout ce que peut leur apporter le fait de nous aider ! Quel amour peut se déployer dans une relation d'aide... Sans oublier que, dans la foi, à l'image de Saint Paul, c'est "quand nous nous sentons faibles que nous sommes forts !"... à condition de consentir à ne pas être notre propre source et aller puiser à la Source ! Et j'oserais même vous proposer, en sus, Faillibilité : comme un refus de nous croire tout-puissants !

La fleur de cette semaine ? je vous la propose sur un arbre : le flamboyan !


Et, pour cela, partons pour Fort-de-France, parce que c'est là que j'ai découvert les premiers flamboyans, juste à la sortie de l'aéroport...


Dernière modification le lundi 26 Octobre 2020 à 20:02:03

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Nous voilà arrivés au terme de cette aventure autour des colliers Nature, de la gamme Audace, à l'occasion de la dernière consonne restant : la lettre M !

Pour aujourd'hui, je n'ai retenu que deux mots :

M comme... Musique !

Que ce soit par l'écoute, ou par la pratique du chant ou d'un instrument. Dans les deux cas, la musique nous invite à nous concentrer sur un sens trop souvent heurté dans nos vies citadines. Festive, elle nous portera à l'exultation, à la danse... Plus méditative, elle nous porte un repos parfois bienvenu. Dans tous les cas, la musique nous aide à lâcher le flot des pensées, et à laisser notre cerveau parfois surchauffé prendre un peu de repos. Dans la pratique de l'instrument, le geste rejoint l'ouïe, dans une recherche de la beauté du son et des détails musicaux, tout comme un artisan peaufinera son oeuvre...

Je ne l'avais pas anticipé de prime abord, songeant d'abord l'expérience de la musique. Mais il se trouve que les effets bénéfiques de la musique sur notre santé commencent également à être caractérisés scientifiquement, en regardant son impact neurochimique ! Ainsi, la musique influe sur le système de la récompense, de la motivation et du plaisir (système de la dopamine et des opioïdes ; perso, je préfère me doper à la musique ). Elle réduit le stress en faisant baisser le taux de cortisol dans l'organisme, stimulerait l'immunité et aurait un effet anti-inflammatoire ! Et elle jouerait même sur le système de l'affiliation (système de l'ocytocine, cette hormone dite de l'attachement).

Ma musique de ce soir ? De grands chants composés par une moniale du Moyen-Âge, Sainte Hidegard von Bingen.
https://www.youtube.com/watch?v=Ei88J4lERbk


M comme... Mémoire !

Car ce n'est pas tout de soigner notre corps. Il est aussi important de soigner notre cerveau, et cela peut passer par le travail de la mémoire.

Là encore, le champ des possibles est vaste... Vous sentez-vous plus littéraire ? Pourquoi ne pas apprendre des poésies ? Pour le croyant, pourquoi ne pas se lancer dans la mémorisation de textes d'Evangile ? Mais cela pourra passer par l'apprentissage d'une nouvelle langue, d'une nouvelle discipline... et parfois même par le jeu !

Quelle n'a pas été ma surprise de découvrir qu'un des moyens permettant d'améliorer sa mémoire était la méditation. Mais aussi faire du sport, soigner son alimentation et son sommeil... Vous reconnaitrez là plusieurs thèmes déjà abordés dans ces pages.

Travailler sa mémoire... Mais aussi faire mémoire ! Pour nous nourrir des souvenirs heureux, ce qui nous soutiendra dans les moments plus difficiles. Telle rencontre, telle expérience, tel paysage... Autant d'occasions de nous remémorer des moments qui nous ont fait du bien, et de réactualiser ce bien-être. Et pourquoi ne pas aller jusqu'au stade suivant de la gratitude ?

Aujourd'hui, j'ai choisi une petite fleur que j'aime tout particulièrement : le myosotis...


Et la destination du jour ne vous surprendra sans doute pas : bravant le confinement, partons, par la pensée, aux Maldives !


Dernière modification le mardi 03 Novembre 2020 à 22:21:45

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Après cette belle balade dans les colliers Nature de la gamme Audace, et leurs consonnes que nous avons bien pris le temps de goûter, à l'invitation de notre créatrice préférée, Fabienne F., je vous propose de démarrer un nouveau voyage, avec les colliers Goutte de la Collection Splendeur, qui nous emmèneront cette fois au pays des voyelles. Mais avant de replonger dans l'alphabet, je vous propose de commencer par nous arrêter sur leur pierre signature : la calcite.

De formule chimique CaCO3, c'est là un minéral des plus fréquents... mais loin d'être sans surprise ! Jugez plutôt :

Figurez-vous que pas moins de 2544 formes de calcite différentes ont été répertoriées par le cristallo-chimiste norvégien Voctor Goldschmidt au début du XXème siècle ! Depuis la forme terreuse, que vous connaissez comme la craie de nos salles de classe ou des magnifiques falaises normandes, jusqu'aux plus beaux cristaux... en passant par la forme "fibreuse" des stalactites ou la forme "saccharoïde" du marbre... Malheureusement pour Victor Goldschmidt, un an à peine avant la publication du premier volume de l'atlas qu'il entendait consacrer à ce minéral, des savants allemands découvrirent la diffraction des rayons X par les cristaux, et son intérêt pour explorer leur structure à l'échelle microscopique... Le temps de la cristallographie descriptive était passé, et s'ouvrait un nouveau champ de la science non moins fascinant... [1]

Mais ce que je trouve le plus étonnant dans ce minéral est sa grande biréfringence. De l'avoir "vu de mes yeux vu !", j'en reste encore marquée... Cette propriété optique est liée aux caractère anisotrope des cristaux. "Anisotrope" veut dire que les propriétés des cristaux dépendent des directions dans l'espace : suivant vers où vous regardez, il ne se passe pas la même chose. Dans le cas de la biréfringence, cela se traduit par le fait que, suivant sa polarisation, la lumière ne se propagera pas de la même manière dans le cristal. Concrètement, elle ne sortira pas "dans le même état" du cristal. Bilan : pour des minéraux comme la calcite, et le phénomène est particulièrement marqué pour ce minéral - vous envoyez un rayon lumineux sur le cristal... et il en sort deux ! Comme sur l'image dans l'illustration (plus bas, en bas à droite) où un cristal de calcite a été déposé sur un texte. Résultat : le texte apparaît en double... Plus surprenant encore, la polarisation des deux faisceaux ne sera pas la même... Si vous mettez des verres polarisants (comme on peut en trouver pour certaines lunettes de soleil), suivant comment vous tournez la tête, vous verrez un faisceau, l'autre faisceau, ou les deux mais avec une intensité plus faible...


Dans les colliers Goutte, la calcite se présente toute en douceur, se mariant ainsi à merveille aux perles, le tout rehaussé par les cristaux Swarovski. Quant au nom... Avez-vous repéré d'où venait le nom de ces colliers ? Regardez donc vers le tour de cou (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1636-goutte-a2.html)....

[1] Je voue une admiration sans bornes à certains cristallographes de cette ère descriptive, qui, par leur observation patiente, arrivèrent à des conclusions qui restent totalement pertinentes encore maintenant pour décrire ces objets fascinants que sont les cristaux ! Comme un Auguste Bravais qui, s'appuyant sur le travail de ses illustres prédécesseurs, dont le père René-Just Haüy, arriva à la conclusion que les cristaux étaient formés par la répétition de petites "briques", ce que nous appelons maintenant la maille cristalline...

Dernière modification le mardi 10 Novembre 2020 à 23:13:50

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

La présentation de la pierre au centre des colliers Goutte ayant été faite, voilà venu le temps de nous attaquer à la lettre A ! Et si vous en profitiez pour aller visiter Goutte A2 (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1636-goutte-a2.html) ?

Les deux premiers mots que j'ai retenus ne vous étonneront guère, tant ils sont attendus avec cette voyelle...

A, donc, comme... Amitié !

"Qu'un ami véritable est une douce chose", disait Jean de La Fontaine...

Et cette douceur joyeuse, nous sommes nombreux à l'éprouver... Joie du partage des moments heureux... Soutien mutuel dans les épreuves... Superbe école de l'attention et de l'amour...

Mais peut-être êtes-vous moins au fait des bienfaits physiques de l'amitié ? En tout cas, un certain nombre m'ont bien surprise ! Comme le fait que l'amitié augmentait la tolérance à la douleur. Est-ce pour cela que, lorsque nous pratiquons un sport avec des amis, nous nous dépassons plus ? L'amitié favoriserait la récupération de l'organisme après de lourdes interventions chirurgicales ! Et avoir au moins 10 amis ou proches diviserait par 4 le risque de décéder d'un cancer du sein !!! Sans compter que l'amitié ralentit le vieillissement du cerveau et augmente l'espérance de vie...

Evidemment, après ce démarrage, ne pouvait que suivre :
 
A comme... Amour !

https://www.youtube.com/watch?v=Z3Y6g4beKJc

Stimulant la production de trois hormones intervenant dans le bonheur, l'attachement et le plaisir (la phényléthylamine, l'ocytocine et la dopamine), l'amour serait ainsi un antidépresseur naturel. Par ailleurs, en favorisant l'optimisme, il contribue à stimuler l'immunité, et, en ces temps de pandémie, ça ne peut être que bienvenu !

Je ne vous cache pas que j'ai eu un peu de mal dans ma recherche pour ce paragraphe, la plupart n'ayant qu'une approche purement physique du terme... Et guère ne considèrent l'Amour-Agapê et la Paix qui l'accompagne...

Enfin, peut-être moins attendu et plus sérieux, mais non moins essentiel en ces temps troublés...

A comme.. Adaptabilité ! [1]

En effet, le lien est établi entre les capacités d'adaptation d'une personne, sa santé physique, mentale et psychologique, son degré de résilience et son épanouissement. Ainsi, une adaptabilité trop limitée diminue l'aptitude à résoudre les problèmes qui se présentent à nous, et, du coup, à prendre les bonnes décisions au bon moment... Ce qui ne peut qu'augmenter le stress, dans une sorte de cercle vicieux, et son cortège de méfaits pour notre bien-être et notre santé, surtout lorsqu'il perdure...

Divers facteurs influencent notre adaptabilité : notre expérience depuis l'enfance, nos attentes, nos valeurs, nos croyances, mais également notre environnement, dont les soutiens dont nous pouvons bénéficier. Tous ces facteurs jouent sur la façon dont les stimuli internes et externes sont interprétés, à travers un processus émotionnel dont la réponse pourra aller de la douleur au plaisir. Le problème est que suivant cette réponse, l'action qui suivra ne sera pas forcément adaptée... Un problème de gestion des émotions peut ainsi entraîner des comportements inefficaces face aux problèmes qui se posent à vous...

La bonne nouvelle est qu'il est possible de travailler à augmenter ses capacités d'adaptation et de résilience. Le point le plus important que j'ai noté est l'importance d'une hygiène cognitive quotidienne, au même titre que nous avons une hygiène corporelle ou dentaire. Cela passe par :
- apprendre à reconnaître ses émotions, et développer ainsi une intelligence émotionnelle ;
- apprendre à gérer les pensées négatives, en refusant de s'y enfermer, et en essayant de développer un discours intérieur positif.
La pratique de la pleine conscience et de la gratitude sont aussi de bons moyens de booster notre adaptabilité, ainsi que la tenue d'un journal qui peut nous aider à mettre de la distance par rapport à ce que nous avons vécu. N'oublions pas les conseils habituels d'une bonne alimentation, de veiller à son sommeil, et de prendre le temps d'une activité physique...

Enfin, dans le contexte actuel qui nous malmène quelque peu, j'oserai aussi :

A comme.... Abandon....

Avec cette belle prière :

Seigneur,
donne-moi la grâce d'accepter avec sérénité les choses qui ne peuvent pas être changées,
le courage de changer celles qui devraient l'être,
et la sagesse pour les distinguer l'une de l'autre...

Une fleur pour aujourd'hui ? L'agapanthe, pour le nom et la beauté de la fleur :


Et comme destination, ce pays à l'histoire bousculée : l'Afrique du Sud !


[1] Je me suis appuyée sur un article parlant d'adaptabilité dans le monde du travail :
https://www.morneaushepell.com/permafiles/88881/developpement-des-capacites-dadaptation-et-de-la-resilience-des-employes-une-bonne-affaire-pour-les.pdf

Dernière modification le lundi 16 Novembre 2020 à 21:52:38

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Que je suis heureuse d'avoir à vous parler aujourd'hui de la lettre E, et de vous inviter ainsi à partir à la découverte de Goutte E2 (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1637-goutte-e2.html?search_query=goutte+E&results=70) ! Il y a tant de mots inspirants en E... C'était bien évidemment aussi le cas de la voyelle précédente, mais aujourd'hui un mot résonne particulièrement fort.

E comme... Emerveillement !!!

Comme un art de cultiver l'admiration au quotidien : accepter de s'éveiller à la beauté de ce qui nous entoure, la reconnaître, l'accueillir et la goûter...

Selon le philosophe Bertrand Vergely, "s'émerveiller, c'est décider d'arrêter d'être inquiet et jouir de ce qui vient avec gratitude". [1]

Alors que le petit enfant a une capacité naturelle à l'émerveillement, en grandissant nous pouvons facilement la perdre... et l'émerveillement est alors à cultiver.

Pour cela, Edouard de Perrot nous propose une première piste, le lâcher-prise : "s'émerveiller, c'est accepter de ne pas tout comprendre, et laisser les choses s'éclairer plutôt que vouloir les expliquer". Ce qui implique un minimum d'humilité, et de renoncer à prétendre tout maitriser... Renouer avec un chemin d'abandon... Un des articles où j'ai puisé les éléments de ce post disait plus loin " Ce qui nous fait sentir petit nous grandit". Cela ne manquera pas de rappeler au croyant cette parole de l'Evangile selon Saint Matthieu (18,3-4) : "En vérité, je vous le dis : si vous ne changez pas pour devenir comme les enfants, vous n'entrerez pas dans le Royaume des Cieux. Mais celui qui se fera petit comme cet enfant, celui-là est le plus grand dans le Royaume des Cieux." Ou encore, dans ce grand élan d'émerveillement : "Jusqu'aux cieux ta splendeur est chantée par la bouche des enfants, des tout-petits ; rempart que tu opposes à l'adversaire, où l'ennemi se brise en sa révolte." (Psaume 8).

Christophe André nous alerte sur un autre points : l'importance de veiller à notre disponibilité mentale, pour "garder une part de curiosité et une fraicheur toujours renouvelée sur ce que nous pensons connaître et maîtriser". Là encore, renoncer à une part d'orgueil, pour choisir un chemin d'enfance. Notre responsabilité y est engagée (l'appel à veiller), et c'est assurément encore plus important en ce deuxième confinement et son lot d'incertitudes, la pression mentale qu'il peut induire, et les conséquences pour notre santé qui n'est pas seulement pulmonaire...

Il suffit de peu pour retrouver le chemin de l'émerveillement. Accepter de renouveler le lien avec nos cinq sens... Honnêtement, cela ne vous est jamais arrivé de sortir tellement préoccupé que vous ne remarquez même pas qu'il fait beau ? Et pourtant, combien elle est belle la lumière de ce soleil d'automne dans les arbres aux milles couleurs... Ou cette petite fleur qui s'est frayé un chemin à travers le bitume... Tel paysage, tel envol d'oiseaux migrateurs... Sans parler des merveilles que vous pouvez découvrir sur le site Pearlspommes.com...

S'il ne vous suffisait pas de l'avoir expérimenté, et d'avoir goûté combien l'émerveillement diminue - voire annihile - l'effet du stress, augmente notre sentiment de satisfaction et le désir d'altruisme, écoutez ce qu'en disent encore les scientifiques : Outre le fait qu'il favorise les comportements pro-sociaux, l'émerveillement diminue l'inflammation et stimule le système immunitaire, via l'interleukine-6, au même titre que la joie et l'amour. De plus, il favoriserait la mémorisation.

Pour finir, si tout cela ne suffisait pas, voici quelques autres pistes pour nous aider ou aider nos enfants à renouer avec l'émerveillement [2] :
- Présenter son visage au soleil avant d'entrer dans un endroit.
- Faire des dégustations d'aliments inconnus et savourer en pleine conscience chacun d'eux.
- Applaudir le succès d'un ami, s'émerveiller du dépassement de soi et des prouesses d'autrui. Admirer leurs forces et vertus particulières.
- Découvrir un oeuvre d'art par jour.
- Lire des contes et des textes inspirants [3].

Sur ce point, la lettre E m'ayant également rappelé l'adjectif "ébréché", car nous avons aussi nos cassures, nos félures, je vous propose ce conte, dont l'auteur reste inconnu, mais qui résonne bien avec le propos de ce jour :

En Chine, un porteur d'eau possédait deux grosses cruches, chacune d'elle pendante aux extrémités d'une solide perche qu'il portait sur ses épaules. L'une des cruches était fêlée, tandis que l'autre était parfaite et livrait toujours une pleine portion d'eau. A la fin de la longue marche du ruisseau à la maison, la cruche fêlée arrivait toujours à moitié pleine. Tout se passa ainsi, jour après jour, pendant deux années entières, où le porteur livrait seulement une cruche et demi d'eau à sa maison.
Evidemment, la cruche qui était sans faille se montrait très fière de son travail parfaitement accompli. Mais la pauvre cruche fêlée était honteuse de son imperfection, et misérable du fait qu'elle ne pouvait accomplir que la moitié de ce qu'elle était supposée produire.
Après ces deux années de ce qu'elle percevait comme étant une faillite totale de sa part, un jour, près du ruisseau, elle s'adressa au porteur d'eau : "J'ai honte de moi-même, et à cause de cette fêlure à mon côté qui laisse fuir l'eau tout au long du parcours lors du parcours lors de notre retour à votre demeure."
Le porteur s'adressa à la cruche : "As-tu remarqué qu'il y avait des fleurs seulement de ton côté du sentier, et non sur le côté de l'autre cruche ? C'est que j'ai toujours été conscient de ta fêlure. J'ai planté des semences de belles fleurs seulement de ton côté du sentier, et chaque jour, durant notre retour, tu les as arrosées. Durant ces deux années, j'ai pu cueillir ces jolies fleurs pour décorer notre table. Si tu n'avais pas été comme tu l'es, nous n'aurions jamais eu cette beauté qui a égayé notre maison.


En guise de fleur du jour ? Ce sera l'euphorbe maritime !


Et délaissant les destinations très lointaines, aujourd'hui je vous emmènerai à l'Ile d'Elbe...


[1] "Retour à l'émerveillement", Bertrand Vergely, Ed. Albin Michel.
[2] "Eduquer les enfants avec la psychologie positive", Julie Bazinet, Ed. Jouvence.
[3] Goûtez aussi cet autre conte, de Malek Boukerchi (Le laboratoire du bonheur) :

Un puissant seigneur, extrêmement riche et un pauvre paysan avaient chacun un fils. Le puissant seigneur monta avec son fils en haut d'une montagne, lui montra avec fierté le paysage en contrebas et lui dit avec engouement :
- Regarde, mon fils ! Un jour, tout cela sera à toi, le jour de ta succession !
Le fils ressentit alors une grande exaltation, une ivresse de puissance, un bonheur intense. Mais, tandis qu'il redescendait doucement de la montage, sa joie fut perturbée par des pensées de peur, de crainte : et si mon père changeait d'avis . et si des intrigants prenaient le pouvoir ? et s'il disparaissait le lendemain sans qu'il ait eu le temps de lui transmettre la charge ? et si... ?
Le paysan pauvre monta avec son fils sur l'autre versant de la même montage, au même moment. Il lui montra le même paysage et lui dit avec amour :
- Regarde, mon fils ! Regarde !
Le fils resta là, attentif aux sons, aux odeurs, aux couleurs, aux images... Et il s'imprégna de la majesté du monde, le coeur rempli de joie...


Dernière modification le lundi 23 Novembre 2020 à 20:58:47

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à tous,

Il est des mots qui débordent et pour les quels une semaine ne saurait suffire... Il en est ainsi de la lettre E... Alors, une fois n'est pas coutume, je vous propose de rester une deuxième semaine sur cette lettre et son cortège de jolis mots !

Toujours E, donc, comme... Ecoute !

Et il ne s'agira pas seulement ici d'une pleine conscience des sons, avec tous les bienfaits de la pleine conscience que j'ai déjà eu l'occasion de mentionner. Pas plus que de l'écoute du silence de notre coeur, dans la prière, l'écoute de "la source qui te parle d'aimer", comme le dit ce si beau chant (https://www.youtube.com/watch?v=7ekg4tss5Ao)... Mais de l'écoute comme une attention et un soin à ceux qui nous entourent, qui peut être parfois une véritable oeuvre de miséricorde ! Mais aussi un chemin pour grandir ensemble... Et les bienfaits d'une écoute attentive ne manquent pas.

Pour celui qui est écouté, c'est un cadeau inestimable de trouver un lieu où exprimer son vécu, trouver un soutien et pouvoir mettre un peu plus à distance les expériences douloureuses. L'effet physique est clair, avec une diminution du stress, observable par un ralentissement du rythme cardiaque. L'écoute participe alors à l'augmentation de la confiance en soi, et aide à gérer les crises - voire à les anticiper-, participant ainsi à augmenter l'adaptabilité si importante ces derniers temps.

Pour celui qui écoute, par delà les bienfaits d'un ancrage dans le moment présent, il s'agit de s'entrainer à une écoute attentive et bienveillante. En se concentrant uniquement sur l'interlocuteur, reformulant (et demandant le cas échéant confirmation de ce qui a été entendu), sans jamais juger. Accueillir les émotions, les sentiments, les actes et les pensées de celui que nous écoutons. Nous sommes ainsi invités à développer notre empathie - encore un joli mot en E -, et à conserver une ouverture d'esprit.

La bonne nouvelle est que cette écoute peut se travailler, et nous y sommes invités dans notre quotidien. Pour le mieux être de tous.


Rien que ces mots d'écoute et d'empathie étaient une invitation à poursuivre ma déclinaison de la lettre E. Mais voilà que, peu à peu, un autre mot a pris une importance de plus en plus grande, mot essentiel en cette entrée en Avent et dans les temps difficiles qui sont les nôtres, et qui pourraient nous pousser à une forme de désespérance ou de découragement :

E comme... Espérance !

Face à ce mot un peu trop grand pour moi, pardonnez-moi de reprendre ici quelques points d'une homélie de Mgr Rey entendus jeudi dernier [1]. J'y ai trouvé une forme de "clin-Dieu", alors que le mot Espérance était en gestation pour cette chronique.

Mgr Rey a commencé par souligner la différence entre espérance et espoir. Là où l'espoir nous invite à l'attente d'une consolation passagère, l'espérance nous invite à l'attente de La Consolation, en un Dieu qui vient à nous : attendre Dieu et s'attendre à Dieu ! Pour cela, il nous faut redécouvrir l'enfant qui sommeille en nous. Car l'enfant incarne l'espérance, en ce qu'il attend l'inattendu en toute confiance. Il nous faut donc renouer avec l'esprit d'enfance. Ce qui n'est pas sans lien avec la culture de l'émerveillement que j'avais évoquée la semaine dernière.

Pour le chrétien, l'espérance est une vertu théologale, qui trouve son fondement en deux évènements : la venue de Dieu-Emmanuel en un Enfant, attente que nous célébrons tout particulièrement depuis ce dimanche, et la Résurrection du Christ, marquant la victoire définitive sur la mort.

Mgr Rey soulignait aussi que "rencontrer Jésus, c'est rencontrer l'espérance", parce que Dieu ne désespère jamais de nous-mêmes. Et lorsque nous enchainons parfois chute après chute, c'est bon de se le rappeler (même si ce n'est pas une raison pour viser les chausse-trappes de notre vie non plus...). Sainte Thérèse de l'Enfant Jésus ne disait-elle pas que "si elle avait commis tous les crimes possibles, elle garderait la même confiance, parce que cette multitude d'offenses ne serait qu'une goutte d'eau dans un brasier ardent" ? [2]

Un point particulier noté dans cette homélie a été "l'espérance comme une tâche à déployer". Comme une invitation à surmonter les tentations de désespoir, en cherchant la lumière malgré la nuit : l'oeil qui s'accoutume à l'obscurité ne finit-il pas par percevoir le scintillement des étoiles dans le ciel ? Ainsi sommes-nous invités tout particulièrement en ce temps de l'Avent à guetter une Etoile, l'Etoile de Bethléem...

Enfin, pour nous aider à "espérer ce que nous ne voyons pas" et "attendre avec persévérance(Rm 8,24), nous pouvons compter sur l'aide de la Vierge Marie, elle qui a été Mère de l'Espérance jusqu'au pied de la Croix...


Pour le coup, exceptionnellement, vous aurez droit à une deuxième fleur en E. Et j'avoue que je n'ai pu résister aujourd'hui encore à une fleur un peu rustique que vous pourrez trouver aussi bien à la campagne qu'en basse montagne : l'épilobe.


Et je vous emmènerai vers un des berceaux de l'humanité, pays où le christianisme s'est développé dès le premier siècle de notre ère, mais qui défraie si tristement l'actualité ces derniers temps ? L'avez-vous reconnu ? Partons en Ethiopie !


[1] https://www.youtube.com/watch?v=v7ua67iT-IE

[2] https://www.youtube.com/watch?v=U6a_yYXuD_M

Dernière modification le lundi 30 Novembre 2020 à 17:03:21

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Nous voilà donc arrivés à la voyelle I, et, honnêtement, heureusement qu'il y a le magnifique collier Goutte I2 (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1639-goutte-i2.html)... Parce que, derrière cette voyelle des plus usuelles, s'est caché un des pire challenge pour votre chroniqueuse.

La faute au préfixe latin in, qui, lorsqu'il ne signifie pas "en", introduit une connotation des plus négatives dans le mot, à de rares exceptions près. Ouvrez donc votre dictionnaire et constatez ! Certes, quelques fois un joli mot sortira, comme "inattendu" et son invitation à garder le coeur ouvert, ou "inépuisable" à condition de l'appliquer à la bonne Source...

Je le concède, il n'y a pas que des mots négatifs ou très scientifiques en I. Mais, j'ai beau faire, "intelligent" et "initiative" me renvoient plus au monde du travail qu'à celui du bien-être...

N'allez pas croire toutefois que votre chroniqueuse a fini par jeter l'éponge ! La preuve :

I comme... Iambe !!!

Permettez moi de vous en rappeler la définition : il s'agit, en poésie grecque, d'un pied à deux syllabes, composé d'une première syllabe brève suivie d'une deuxième plus longue.

Iambe, donc, comme une invitation à aller chercher de la beauté et du rêve dans les poésies qui charmeront le plus votre coeur. Il y en a pour tous les goûts, depuis les grandes envolées lyriques jusqu'à des poèmes tout pleins d'humour et de tendresse. En voilà un de Maurice Carême, délicieusement mis en musique par Francis Poulenc dans le cycle de la Courte Paille :

Une puce dans sa voiture,
Tirait un petit éléphant
En regardant les devantures
Où scintillaient les diamants.
Mon Dieu ! Mon Dieur !
Quelle aventure !
Qui va me croire, s'il m'entend ?
L'éléphanteau, d'un air absent,
Suçait un pot de confiture.
Mais la puce n'en avait cure,
Elle tirait en souriant.
Mon Dieu ! Mon Dieu !
Que cela dure !
Et je vais me croire dément !
Soudain, le long d'une clôture,
La puce fondit dans le vent.
Et je vis le jeune éléphant
Se sauver en fendant les murs.
Mon Dieu ! Mon Dieu !
La chose est sûre,
Mais comment le dire à maman ?

Voilà la version du cycle de Poulenc, par une grande dame, Felicity Lott :
https://www.youtube.com/watch?v=dY0z61b36VQ

I comme... Illuminations...

Comme ces illuminations qui s'installent dans nos villes et villages à l'approche de Noël. Laisserons-nous nos yeux s'émerveiller à les contempler cette année ? Il ne s'agirait pas que la sinistrose ambiante et les incertitudes pesant sur la manière dont nous pourrons passer les fêtes nous volent ces moments...


I, enfin, comme... Imaginaire et Imagination !

Pas la peine de partir très loin. Il peut suffire de nous remémorer des moments heureux avec des amis ou dans la nature, visualiser la scène telle qu'elle a été vécue, pour qu'une sensation de bien-être s'installe aussitôt !

En faisant les recherches pour cette chronique, j'ai découvert que, ce que nous pratiquons naturellement, a été qualifié "d'état hypnotique naturel et physiologique".

Pratiquer cette forme d'auto hypnose permet de réduire l'hypertension artérielle, le stress, les insomnies, et même la douleur et les effets secondaires des traitements lourds. Ces effets bénéfiques ont été objectivés par l'imagerie médicale : lorsque la personne se place dans cet état, les zones habituellement liées à la douleur n'apparaissent plus à l'écran. Par ailleurs, cela pourrait participer à la régénération du cerveau, permettant d'augmenter l'autonomie des patients après des AVC. Pour obtenir ces bienfaits sur le corps, il est important que l'imagination aille jusqu'aux sensations corporelles.

Attention toutefois à ne pas vous projeter dans n'importe quel imaginaire, si vous ne voulez pas risquer des retours à la réalité quelque peu difficiles. Se projeter dans un monde totalement irréel où toutes vos difficultés se seraient envolées n'est pas toujours la meilleure idée...

Pour la fleur du jour ? Que diriez-vous de l'immortelle vivace ?


Et je vous proposerais bien de partir aujourd'hui dans un pays de glace et de feu : l'Islande !


Dernière modification le lundi 07 Décembre 2020 à 22:49:36

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

En ce premier jour de l'hiver, je vous propose d'explorer la voyelle O en l'honneur de Goutte O2 (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1638-goutte-o2.html).

Dès mes premières méditations concernant O et le bien-être s'est imposé un mot :

O comme... Obéissance !

Si l'on considère les premiers synonymes proposés par le Petit Robert : "soumission, subordination", le lien avec le bien-être n'est pas le plus intuitif... Encore moins dans une société hyper permissive qui se masque ses esclavages volontaire, quand il s'agit d'obéir à la pression sociale, sous l'effet des médias ou des réseaux sociaux, quand ce n'est pas juste celle de ceux qui nous entourent (vous savez, quand il s'agit d'avoir le dernier gadget à la mode...).

L'obéissance dont je veux vous parler est d'abord une obéissance aux évènements que nous avons à affronter, ce qui n'exclue pas, loin de là, une obéissance aux hommes, lorsque ce qui nous est demandé est juste. N'obéissons nous pas aux lois, à notre médecin... Dans son exhortation sur la lutte contre l'orgueil [1], le père Pascal Ide nous invite à "voir toutes choses comme issues de la main de Dieu".

Oui, comme nous y invite l'étymologie du mot, de ob - pour indiquer une notion de vis-à-vis -, et audire - écouter -, il s'agit là d'ouvrir nos yeux et nos oreilles pour reconnaître les signes des temps, et consentir à ce que nous ne pouvons pas changer, ce qui n'est pas sans rappeler une part de la prière de la sérénité. L'obéissance devient alors une forme d'abandon, et abandon et lâcher prise font partie des stratégies de lutte contre le stress et la sinistrose.

Obéir, aussi, comme un sacrifice volontaire et joyeux de notre volonté propre, comme une préparation au refus de laisser notre désir devenir tout puissant, ce qui ne pourrait souvent se faire que aux dépens de ceux qui nous entourent et de la création.

Car il ne s'agit pas d'obéir par contrainte. Saint Grégoire le dit bien : "On doit pratiquer l'obéissance non par crainte servile, mais par charité ; non par crainte du châtiment, mais par amour de la justice". Alors, "l'obéissance vaut mieux que tous les sacrifices" (1S15,22), et "(elle) est la seule vertu qui introduit dans l'âme les autres vertus et ensuite les y garde" (Saint Grégoire). Et, que ce soient les vertus, la justice ou l'amour, tout cela contribue à un mieux vivre ensemble, plus sagement, et, par conséquent, à plus de bien-être social !

Laissons Saint Thomas d'Aquin conclure [2]. "L'obéissance est une vertu morale puisqu'elle est une partie de la justice et qu'elle vient au milieu entre l'excès et le défaut". Et, "si Dieu a laissé l'homme au pouvoir de son propre conseil, ce n'est pas pour lui permettre de faire ce qu'il veut. C'est parce qu'il n'est pas contraint à faire ce qu'il doit par une nécessité de nature, comme les créatures irrationnelles, mais par un libre choix procédant de son conseil, selon les paroles de Saint Grégoire : Nous soumettre humblement à la voix d'un autre, c'est nous élever intérieurement au-dessus de nous mêmes."

Comme fleur du jour, je vous propose une fleur que j'aime tant, mais qui me confronte à un principe de réalité : qu'elle ne s'épanouit pas chez moi...  L'orchidée !


Et, pour notre destination du jour, j'ai renoncé à un pays en O : Le mot "oasis" désignant, lorsqu'il est employé au sens figuré, "un lieu ou un moment reposant, une chose agréable qui fait figure d'exception dans un milieu hostile", en ce premier jour de l'hiver et dans le contexte hostile de la pandémie, je vous propose un grand bain de soleil et de fraicheur dans une petite oasis de montagne, au sud de la Tunisie, pas très loin de la frontière algérienne, dont je garde un souvenir émerveillé : l'oasis de Chebika.


[1] Dans "Les 7 péchés capitaux ou ce mal qui nous tient tête", Pascal Ide avec la collaboration de Luc Adrian, Mame-Edifa.
[2] J'ai puisé une part d'éléments de la question 104 de la Somme Théologique, portant sur l'obéissance. Que je n'ai pu que survoler très partiellement, tant le texte est dense et donne à méditer...

Dernière modification le lundi 21 Décembre 2020 à 20:35:29

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Tout d'abord, Noël se fêtant 8 jours, il est encore temps de vous souhaiter un joyeux Noël dans ces pages !

Il n'y a pas que la fin de l'année qui approche. Celle de l'alphabet dans ces pages aussi, et nous voilà déjà à la voyelle U, après avoir décliné toutes les consonnes... Et si vous en profitiez pour visiter le magnifique collier Goute U2 ? (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1640-goutte-u2.html)

Afin de fêter la lettre U, je vous proposerai une déclinaison en trois étapes, en commençant par l'essentiel :

U comme... Unité !

La Bible regorge d'exhortations pour que nous travaillions à être toujours plus unis, tous comme d'avertissements contre la division : "Tout royaume divisé contre lui-même devient un désert ; toute ville ou maison divisée contre elle-même sera incapable de tenir." (Mt12,25). Quand Saint Paul nous exhorte : "Ayez soin de garder l'unité dans l'Esprit par le lien de la paix." (Eph, 4,3).

Nous pouvons tous faire l'expérience que, lorsque nous vivons dans l'unité avec ceux qui nous entourent, il en résulte un bien-être social pour tous. Et que les divisions n'apportent que tristesse et regrets... De quoi nous inciter à oeuvrer toujours plus pour la paix entre nous, à travailler la compréhension mutuelle, car unité ne veut pas dire uniformité. Car la diversité des tempéraments, talents... contribue à la beauté de la création comme toutes les lumières d'un kaléidoscope, qui serait bien terne si une seule couleur devait s'imposer...

Cette exhortation est sans doute particulièrement d'actualité. Ne voyons nous pas comment le contexte sanitaire et les conséquences économiques et sociales qu'il entraine peuvent nous pousser à des convictions fortes... au risque d'être clivantes ? Ne voyons nous pas des familles se brisant sur ces certitudes de détenir chacun "la vérité...

A l'inverse, un témoignage de chef de choeur m'a particulièrement marquée, il n'y a pas si longtemps. Il ne pouvait que constater que, au sein de la chorale, régnaient des opinions fortes et très divergentes (sur les masques, le confinement, l'interdiction des répétitions...). Lui-même avait ses propres convictions très fortes. Néanmoins, son souci était de faire son maximum pour que l'unité entre tous perdure ; que le trésor de cette chorale ne soit pas perdu, à savoir la joie de ses chanteurs à se retrouver dans l'harmonie et la bienveillance !

U comme... Uvéal !

Celui-là, j'ai quand même dû le chercher... Uvéal est un adjectif qui signifie "qui a rapport au raisin". Occasion de souligner les bienfaits de ce fruit à faible indice glycémique :

Par les nutriments qu'il apport, il augmente l'élasticité des vaisseaux sanguins, et réduit le mauvais cholestérol au profit du bon cholestérol. Ainsi, il permet de réduire la tension artérielle et les risques de maladies cardio-vasculaires.
Par ailleurs, des études sur l'animal ont montré que la consommation de jus de raison améliore la mémoire et les capacités motrices. Ce qui suggère une amélioration des fonctions cognitives.
Enfin, il renferme de nombreux composés phénoliques très antioxidants (bon pour prévenir le cancer), et contient plein de manganèse, et de vitamines B2, B6 et C. Consommé sec, ce sera une bonne source de fer et de potassium.

Enfin, U comme... Uranie !

L'uranie est un magnifique papillon qui se trouve en Amérique du Sud et dans les Caraïbes. Invitation à contempler les merveilles de la Création !


La fleur du jour sera l'utriculaire, une plante carnivore aquatique d'eau douce. La voici dans sa version vulgaris :


Et si nous partions en Uruguay, ce pays d'Amérique du Sud situé entre le Brésil et l'Argentine ?


Dernière modification le lundi 28 Décembre 2020 à 22:34:38

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Bonne année 2021 !!!

Au moment d'aborder la dernière lettre de l'alphabet non encore apparue dans ces pages, pour chanter le collier Goutte Y2 (https://www.pearlspommes.com/fr/colliers/1641-goutte-y2.html), je craignais un peu le pire : n'avez vous jamais eu quelques sueurs froides en piochant le Y dans une partie de scrabble ? Et encore, au scrabble, vous pouvez l'employer un peu partout dans le mot... C'était sans compter quelques clins d'oeil en cours de route. Alors, voilà une déclinaison en 3,3 mots ! (non, pas de coquille, j'ai bien mis 3,3... ).

Tout d'abord, Y comme... Yaourt !

Saviez-vous que cet aliment a fait son apparition 7 ou 8 siècles avant Jésus-Christ ? Issu d'une fermentation naturelle du lait, il s'avère un excellent moyen de le conserver. Et il ne manque pas d'atouts pour nous maintenir en pleine santé :
Riche en protéines pour un faible indice glycémique, certes. Mais surtout riche en probiotiques, il alimente notre intestin en bonnes bactéries, qui aideront, entre autres, à digérer le lactose. "Entre autres", parce que les dernières années ont signalé de plus en plus l'importance du microbiote pour notre santé. Un microbiote altéré ne peut-il être cause d'obésité, comme l'ont montré des études sur des souris ? Et, par delà les aspects métaboliques, des scientifiques n'ont-ils pas parlé de l'intestin comme d'un deuxième cerveau ? Indice de l'importance pour notre santé de la coopération avec les bonnes bactéries qui se joue dans nos entrailles...
Côté protides, un apport essentiel : le tryptophane, précurseur de la sérotonine. Ce qui permet au yaourt d'être bon pour le sommeil, et de contribuer à soulager stress, anxiété et dépression. Sans compter la présence de vitamines du groupe B, elles aussi bonnes pour notre système nerveux...

Y comme Yass !

J'avoue que, hier encore, j'aurais écarquillé les yeux en entendant ce mot... Il s'agit d'un jeu de cartes d'origine hollandaise qui se joue à deux ou plus. Occasion de donner quelques bienfaits des jeux de société :
- développant le sens de l'observation, la logique et la mémoire...
- exerçant la motricité fine... pour s'en convaincre, il suffit d'observer un enfant cherchant à mélanger un paquet de cartes...
- apprenant à patienter, perdre et gagner...
Et qui renforcent les liens familiaux et amicaux...

Et, Y comme Yearling !

Il s'agit de chevaux pur-sang âgés d'un an. Occasion de décliner quelques bienfaits de l'équitation :
Sur le plan psychologique, le contact avec le cheval favorise la confiance en soi et la maitrise de soi. Autant d'éléments favorisant aussi une bonne socialisation. Il améliore également la concentration et les capacités d'attention.
Sur le plan physique, des effets manifestes sont observés sur le plan du sens de l'équilibre et de la motricité, une motricité fine étant nécessaire pour communiquer avec l'animal.
De plus, outre une activation de la circulation sanguine, le contact avec le cheval libère des endorphines, permettant de réduire le stress, et même de participer au traitement de dépressions sévères.
Autant d'éléments qui ont amené à développer l'usage du cheval dans certaines approches thérapeutiques.


Voilà pour trois mots. Et les 0,3 restant ? ben, ça sera pour trois mots que je ne développerai pas ici, mais qui ont malgré tout un lien avec le bien-être :
Yin et Yang comme une invitation à l'équilibre...
Yoga comme une invitation au sport...
Et... Ysopet !!! Au Moyen-Age, ce terme désigne un recueil de fables... Et j'ai déjà eu l'occasion de mentionner les bienfaits des contes et des fables dans ces pages...

La fleur du jour sera l'Ylang-ylang, une plante aux vertus sédatives, antiseptiques et hypotensives...


Et, pour terminer cette double série, consonnes avec les colliers Nature, puis voyelles avec les colliers Goutte, je vous emmènerai dans une des plus grands centres de la civilisation moyen-orientale, que les aléas politiques et de sécurité ont rendu difficile d'accès : le Yémen !


Dernière modification le lundi 04 Janvier 2021 à 22:22:47

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

En cette mi-janvier, ayant exploré les différentes lettres de l'alphabet avec les consonnes, à l'occasion des colliers Nature de la gamme Audace, puis les voyelles, à l'occasion des colliers Goutte de la collection Splendeur et Majesté, il est temps de nous intéresser à de nouveaux horizons. Aussi, à la demande de notre créatrice préférée, je suis heureuse de vous inviter à retrouver les colliers Nébuleuse de la gamme Audace.

Nous en avions déjà rencontré plusieurs avec l'exploration de divers colliers Deluxe dans ces pages. Si vous allez visiter cette gamme de colliers sur le site de la boutique, ce à quoi je vous invite de tout coeur, vous ne pourrez manquer de retrouver la générosité et la paix de l'arrondi du tour de cou, menant vers le centre du bijou, le mariage de la pierre et de la perle, et des pendentifs centraux significatifs.

Je vous propose de démarrer cette nouvelle aventure avec le lumineux collier Deluxe 28 (https://www.pearlspommes.com/fr/ligne-nebuleuse/1625-deluxe-28.html).

La première chose que j'ai reçue à sa découverte, c'est sa douce lumière, sa tendresse. Le gris foncé des cristaux Swarovski y est contrebalancé par la douceur des perles pèche, conduisant vers le centre du collier où règnent la citrine et un pendentif central rosace en vermeil. La lumière qui y nait reste dans la douceur d'une aube naissante. La rosace, mariale entre toutes, apporte elle aussi sa touche de douceur et de tendresse, à commencer par la couleur du vermeil.


Après ce premier coup d'oeil sur l'ensemble et l'harmonie du collier, je vous propose de nous arrêter sur quelques aspects minéralogiques de la citrine.

Cette pierre, proche de l'améthyste, appartient à la famille des silicates. Comme pour l'améthyste, elle doit sa couleur aux traces de fer. Cette proximité chimique se traduit par le fait que améthyste et citrine présentent souvent des gisements proches, la citrine étant trouvée dans les zones les plus chaudes. La raison de cela est que, lors d'un processus thermique, le fer présent dans le cristal peut changer d'état d'oxydation. De l'état fer IV, observé dans l'améthyste et responsable de sa couleur violette, il peut passer à un état fer III, à l'origine de la couleur jaune pâle à orange brun de la citrine. Aussi, un moyen de pallier la rareté de la citrine est de faire un traitement thermique au delà de 500°C à des améthystes.

Le processus est souvent décrit comme irréversible. Toutefois, j'ai trouvé un forum faisant mention d'un article récent (2018) qui évoquerait la possibilité de restaurer l'améthyste par irradiation avec des rayons gamma ? Bien que connaissant l'auteur mentionné - géochimiste reconnu -, n'ayant pas trouvé l'article mentionné, je m'en tiendrai au conditionnel.

J'ai été étonnée d'apprendre que cette parenté entre l'améthyste et la citrine se traduit par l'existence d'une troisième pierre, présentant à la fois le violet de l'améthyste dans certaines zones, et le jaune de la citrine dans d'autres. La pierre est alors appelée amétrine, condensé de l'améthyste et de la citrine !


Finissons par quelques aspects de bien-être.

En chromothérapie, le jaune est considéré comme une couleur énergisante, propre à nous faire démarrer la journée en pleine forme, une couleur apte à stimuler notre cerveau et notre système nerveux. Sans doute est-ce dû au fait que le jaune est la couleur la plus lumineuse. La chromothérapie rejoint alors un peu la luminothérapie, dont il est démontré qu'elle est bonne pour le moral, et aide à combattre les dépressions saisonnières !


Dernière modification le lundi 18 Janvier 2021 à 21:40:04

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Poursuivons aujourd'hui avec Deluxe29 (https://www.pearlspommes.com/fr/ligne-nebuleuse/1626-deluxe-29.html). Dans ce collier, la lumière se fait plus intense, avec le passage des perles pèche aux perles blanches. La rosace vermeille cède la place à une petite croix en argent, contribuant aussi à l'augmentation de la luminosité du collier. Ainsi, la douceur très mariale de Deluxe28 laisse ainsi la place au Christ lumière du monde dans Deluxe 29 ?

Nous retrouvons dans ce collier la présence de la citrine, dont j'avais commencé à vous entretenir lundi dernier.

Des traditions d'Amérique du sud disent que cette pierre viendrait du vol par un sorcier du manteau de l'aube de couleur violine, qui l'aurait enfermé dans une cristal. Ulcéré de cet outrage, le soleil aurait caché ce cristal dans les profondeurs de la terre, où il aurait acquis les couleurs typiques de la citrine. Si vous vous rappelez, j'avais mentionné la semaine dernière cette réalité physico-chimique de transformation de l'améthyste en citrine, lorsqu'on la chauffa à haute température. Il est intéressant de retrouver une trace de cette réaction dans une sagesse ancestrale...

La citrine est souvent associée à la joie de vivre, à la générosité et à l'abondance. Cela en a fait un porte-bonheur depuis la Grèce Antique. Elle favoriserait également la sérénité intérieure, stimulerait bonne humeur et créativité, et aiderait à diminuer le stress et les pensées négatives.

Est-ce lié à son étymologie ? Citrine vient en effet du latin citrus (citron). Toujours est-il que l'on dit en lithothérapie que la citrine favoriserait la digestion, et qu'elle stimulerait le fonctionnement de la rate et du pancréas.

Enfin, le saviez-vous ? Ce serait la pierre des 13 ans de mariage ! Alors, si vous approchez d'un tel anniversaire, vous savez ce qu'il vous reste à faire ?


Dernière modification le lundi 25 Janvier 2021 à 19:47:21

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Désolée du silence de ces dernières semaines dans ces pages. Me voilà de retour pour chanter les louanges du collier Deluxe 31 (https://www.pearlspommes.com/fr/ligne-nebuleuse/1658-deluxe-31.html), magnifique collier qui met la préhnite à l'honneur.

Cette pierre doit son nom au minéralogiste allemand Werner, qui la nomma ainsi en 1783 en l'honneur du colonel hollandais Hendrick von Prehn qui rapporta les premiers échantillons du Cap de Bonne-Espérance, en Afrique du Sud.


Ce silicate de calcium et d'aluminium présente la particularité de se présenter sous la forme de groupes de billes vertes, à tel point qu'il a même été surnommé "raisin vert". Les scientifiques parleront de habitus botryoïdal, adjectif qui présente l'originalité de mêler racine latine (botrus : raisin) et grecque (eidos : aspect).

Cet aspect est dû au fait que la croissance de ces cristaux est rapide : un grand nombre de nucleus se forment, et aucun n'a le temps de se développer largement au détriment des autres. Tant et si bien qu'ils tendent à former un enchevêtrement de microcristaux. L'avantage de cet arrangement polycristallin est qu'il confère à la pierre une légère élasticité, qui la rend bien résistance aux chocs.


Les aborigènes d'Australie croyaient que la pierre avait le pouvoir d'absorber et de stocker l'énergie du soleil. Pour les chamans d'Afrique du Sud, elle aidait à prendre de bonnes décisions afin de guider leurs communautés avec sagesse. Toujours est-il que les lithothérapeutes la présentent comme une pierre de soin qui apaiserait l'âme et favoriserait l'optimisme. Elle aiderait aussi à clarifier les idées confuses, et, ainsi, à traverser les périodes difficiles.

Pour ma part, sa découverte, lors d'une visite de la magnifique collection de minéralogie de l'Université Pierre et Marie Curie, m'a provoqué un sentiment d'émerveillement et de joie... surtout lorsque j'ai découvert, à côté de la "grappe de raisins" caractéristique, un assemblage naturel de cristaux conduisant à un résultat des plus surprenants... Je vous laisse en juger par vous-mêmes :


Dernière modification le lundi 22 Février 2021 à 22:12:41

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous !

Je vous propose de nous arrêter aujourd'hui sur le magnifique collier Deluxe 32 (https://www.pearlspommes.com/fr/ligne-nebuleuse/1659-deluxe-32.html?search_query=nebuleuse&results=12), toujours dans la collection Audace, Ligne Nébuleuse, qui sera mise à l'honneur samedi prochain, à l'occasion de la nouvelle Expo-vente.

En découvrant le collier, la première chose qui m'a marquée est sa douceur, dans le mariage du bleu discret de l'aigue-marine, du blanc des perles et du gris des cristaux des Swarowski.

Arrêtons-nous tout d'abord sur la pierre, l'aigue-marine, dont j'avais eu l'occasion de vous dire quelques mots dans les débuts de cette chronique. La pureté de la pierre et sa couleur bleu pâle, qui n'est pas sans rappeler les plus beaux fonds marins, ont toujours amené à associer diverses propriétés bénéfiques à cette pierre. Ainsi, elle est devenue le talisman des marins et de tous ceux qui voyageaient en mer, leur assurant un voyage paisible. Elle est une des pierre favorite pour les bagues de fiançailles, car elle assurerait des unions heureuses. Et, tout comme s'arrêter pour contempler un lagon peut nous apaiser, et nous remplir d'énergie, on dit que l'aigue-marine favoriserait la stimulation intellectuelle, augmenterait la sensibilité et l'expressivité, tout en apportant paix et sérénité...


Aujourd'hui, dans Deluxe 32, j'ai été touchée par le mariage de trois éléments : le bleu pâle de l'aigue-marine, la pureté des perles blanches, et le pendentif central en forme de fleur. J'y ai vu une touche mariale. Par la couleur bleue si souvent associée à la Vierge Marie. Par le blanc des perles, qui n'est pas sans rappeler la fleur de lys, souvent associée à la Vierge Marie car elle représente la pureté et l'amour chaste. Mère très pure... Mère très chaste... chantons nous dans les Litanies de Lorette. Et plus loin, Rose mystique... Ce qui ramène - cela vous semblera peut-être un peu paradoxal - au pendentif central, pendentif fleur. Celui-ci ne vous présentera pas la rose moderne, dans sa luxuriance. Mais il n'est pas sans rappeler la simplicité des variétés anciennes de roses. La simplicité... une autre vertu mariale...


Dernière modification le lundi 08 Mars 2021 à 19:42:54

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd'hui, j'aimerais vous entretenir du collier (toujours aussi beau... ) Deluxe 38, de la ligne Nébuleuse dans la collection Audace (https://www.pearlspommes.com/fr/ligne-nebuleuse/1713-deluxe-38.html?search_query=nebuleuse&results=5). Ce collier marie l'ambre, des perles de couleur pêche, et une croix en argent.

J'aimerais m'arrêter tout d'abord sur le nouvel agencement de la croix et des perles d'ambre dans le collier. La croix y est littéralement entourée de trois perles d'ambre : deux dans l'arrondi du collier, et la troisième sous la croix. Le contraste dans ce centre de collier entre la lumière apportée par les cristaux de Swarowski blancs et la croix en argent, et la chaleur de l'ambre, renforce le mouvement vers la croix, apportant une profondeur nouvelle au collier. Trois perles d'ambre dans le centre du collier comme la Trinité, et la lumière jaillissant de la Croix du Christ. Et, en remontant de part et d'autre, contraste de la tendresse des perles pêches ("emmétalées" comme disent parfois les marraines de FOA, c'est-à-dire délicatement soulignées par un filigrane de métal), de nouveau au nombre de trois, et des cristaux de Swarowski gris, pour retrouver plus haut l'ambre qui vient renforcer l'unité du collier...


Considérons maintenant cette "pierre" qu'est l'ambre. En fait, il s'agit de résine fossilisée, ce qui amène parfois à parler de "minéraloïde", parce que cela ressemble à un minéral, mais n'en est pas un. L'ambre résulte de la fossilisation d'isoprènes présents dans la résine. De ce point de vue, l'ambre est purement organique (on parle d'ailleurs de roche organique), c'est à dire constituée de molécules à base d'atomes de carbone et d'hydrogène. Une autre différence avec les roches inorganiques, c'est que là où les pierres sont le plus souvent cristallines, l'ambre est amorphe. Expliquons un peu : Les cristaux sont formés par la répétition régulières dans les trois directions de l'espace de petites unités. Un peu comme, dans deux directions, de petites briques identiques sont assemblées régulièrement pour faire un mur. Il apparaît alors ce que les scientifiques appellent un "ordre à grande distance", qui est un peu la signature de l'état cristallin. Lorsqu'un matériau est amorphe, on perd cet ordre à grande distance. Un peu comme si les briques étaient empilées n'importe comment pour former un tas. Ou que de longues molécules, un peu comme des cordes, s'étaient emmêlées.

Mais ne vous arrêtez pas sur ces images de tas de briques ou de cordes emmêlées !

En effet, l'ambre est considéré comme un matériau précieux aux propriétés bénéfiques depuis toujours ! En atteste son utilisation en joaillerie depuis la préhistoire, qu'il s'agisse de l'utiliser pour des perles, des pendentifs ou des anneaux...

Le fait d'y trouver parfois des animaux ou des végétaux parfaitement conservés, a amené les anciens à l'associer à une éternelle jeunesse. Est-ce pour cela que l'ambre est souvent supposé donner de la force mentale ? encourageant au dépassement de soi, aidant à s'affirmer et à s'épanouir intellectuellement ? Toujours est-il que, parmi les propriétés attribuées à l'ambre, on trouve l'aide à combattre la fatigue, et à lutter contre le stress et la dépression. Et, si cela ne vous suffisait pas, l'ambre aiderait également à soulager les douleurs articulaires et musculaires, et contribuerait à renforcer les défenses immunitaires.

Enfin, saviez-vous que c'est la pierre des 34 ans de mariage ?


Dernière modification le lundi 15 Mars 2021 à 20:39:13

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd'hui, je vous propose de partir à la découverte du collier Deluxe 35 (https://www.pearlspommes.com/fr/ligne-nebuleuse/1710-deluxe-35.html?search_query=nebuleuse&results=10), dans la ligne Nébuleuse de la collection Audace, qui marie ambre, perles pèche et jaspe vert. Ayant eu largement l'occasion de vous présenter l'ambre dans ma chronique précédente, arrêtons-nous sur cette nouvelle pierre : le jaspe vert, qui vient souligner à sa base la rosace centrale.

Cristallographiquement, le jaspe appartient à la famille des silicates. il s'agit de quartz microcristallin, cette structure microcristalline conférant à la pierre un aspect translucide. Un grand nombre de couleurs est possible, mais le nom de la pierre change parfois suivant la couleur, comme dans le cas de la cornaline (rouge à orangée).

Etymologiquement, le nom de cette pierre, jaspe, vient du grec ancien iapsis, lui-même dérivé de mots de langues sémitiques, comme en hébreu yushphah. Dans tous les cas, ces mots signifient : "pierre tachetée".


Le jaspe vert est connu depuis l'Antiquité, et était une des pierres favorites pour faire bijoux ou amulettes. Les égyptiens en faisaient des scarabées et l'utilisaient aussi pour la confection de statues. Grecs et Romains l'associaient à des divinités, Gaïa la Terre mère pour les Grecs, et Bona Dea pour les Romains (la déesse de la fertilité et de la chasteté).

On trouve le jaspe vert à trois endroits dans la Bible : Il participe à la décoration du pectoral d'Aaron (Ex28,18 ou iapsis a parfois été traduit par cornaline suivant les traductions, et Ex39,11). Dans une des visions d'Ezechiel, il participe, avec d'autres pierres précieuses à la muraille du jardin d'Eden (Ez28,13). Enfin, c'est le matériau des murailles de la Jérusalem Céleste, qui confère à la Cité céleste des reflets verts.

En lithothérapie, on dit que le jaspe vert serait conseillé pour éviter l'épuisement et les très grosses fatigues. Il passe pour calmer les tensions et diminuer l'émotivité. Il soutiendrait ainsi l'objectivité, la tempérance et la tolérance.


Vision de la Jérusalem céleste, d'après Zurbaran


Dernière modification le lundi 05 Avril 2021 à 18:23:28

1426 appréciations
Hors-ligne
Bonjour à toutes et à tous,

Aujourd'hui, je vous propose de commencer par une petite contemplation, en prenant le temps de goûter ce plaisir des yeux :


Peut-être aurez-vous reconnu le collier Deluxe 37 (https://www.pearlspommes.com/fr/ligne-nebuleuse/1712-deluxe-37.html?search_query=nebuleuse&results=14), toujours dans la ligne Nébuleuse de la collection Audace. Pourquoi cette photo ? Parce qu'elle est sans doute la plus à même de souligner une caractéristique du mariage des perles lavande, avec la pierre de ce collier, la mangano-calcite, présente par une perle de pierre à la base de la croix.

Regardez bien, une fois encore, les jeux de couleurs... Comment la touche lavande des six perles, trois de chaque côté, est rehaussée par le gris des cristaux de Swarowski... Et comment l'éclat de ces perles vient également réveiller le rose très délicat de la pierre... Le centre très lumineux du collier est lui-même souligné par les deux perles d'ambre, de part et d'autre, la lumière culminant avec la croix centrale...


La calcite est une pierre qui est ordinairement blanche. C'est un carbonate de calcium. Toutefois, suivant la nature chimique des impuretés qu'elle peut contenir, elle peut prendre différentes teintes.


Dans la mangano-calcite, également appelée calcite rose, c'est la présence du manganèse qui va conférer à la pierre et son nom, "mangano-calcite", et sa couleur rose pâle.


Par cette couleur et les propriétés qu'on lui prête, en lithothérapie, elle est à coup sûr une véritable pierre du coeur : associée à un amour inconditionnel, qui va donc avec la sagesse et le pardon, pour choisir résolument une tendre affection... "Une pierre qui materne", lit-on également ci et là... Une pierre qui apaise.... Une véritable pierre de résilience ! Et encore plus avec cette association à l'ambre, dont on dit qu'elle aide à lutter contre la fatigue, le stress et la dépression. Pour le croyant, cette association prendra encore une autre dimension, avec le Christ, au centre, par sa croix si lumineuse, source de toute guérison... (Nb 21,19 - Jn 3,14-15).


Dernière modification le lundi 12 Avril 2021 à 22:08:57


Vous ne disposez pas des permissions nécessaires pour répondre à un sujet de la catégorie Les marraines de FOA.

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 102 autres membres